Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Visite du 402e RA (2010)
Article mis en ligne le 12 février 2017

par Nghia NGUYEN

 

40 lycéens de Terminale S et Terminale ES du Lycée Galilée ont visité le 402e Régiment d’Artillerie le mardi 23 novembre 2010. Situé à Châlons-en-Champagne, anciennement Châlons-sur-Marne, à proximité des grands camps de manœuvre de Champagne (Suippes, Mailly-le-Camp, Mourmelon), ce régiment, commandé par le Lieutenant-colonel Philippe OGIER, est l’une des unités de combat les plus proches de la région parisienne. Accueillis par le Capitaine Nicolas VILLETARD, du Bureau Opérations Instruction (BOI), les lycéens furent dirigés dès leur descente de car vers un point petit déjeuner avant d’être pris en charge par l’Adjudant Gregory PEZERON. Au programme de la matinée, ils eurent une présentation de l’Armée de Terre, de ses missions, puis du 402e RA.

Composante de la 1re Brigade mécanisée, le 402e RA est l’héritier d’unités dont la vocation était la défense d’unités terrestres contre la menace aérienne (Défense Contre-Avions ou DCA). Créé en 1923 à Sedan, le régiment participe à la Deuxième Guerre mondiale et à la Guerre d’Algérie. Avec la Guerre froide, il est équipé du système sol-air américain MIM-23 Hawk. Montés sur un triple affût soit autotracté soit sur une base fixée au sol, les missiles Hawk du régiment assurent la protection anti-aérienne d’unités amies dans un rayon de 40 km.

 


 

Missile lourd de 640 kg, le Hawk déclenche une charge militaire délivrant 16 200 éclats dans un cône de 70°, ce qui signifie que même sans être touché par un coup direct, un aéronef ou missile adverse peut très bien être abattu à proximité de la déflagration. À l’entrée du régiment se trouve exposé le train d’atterrissage d’un TU-22 Blinder libyen abattu par un Hawk au-dessus de N’Djamena le 7 septembre 1987. Succès commercial, vendu dans près de 30 pays, le système Hawk est aujourd’hui une arme vieillissante, qui arrive en fin de vie et qui est déjà remplacée aux Etats-Unis par les systèmes MIM-104 Patriot et FIM-92 Stinger.

À l’image du vieux missile, le 402e RA compte également ses jours, l’unité devant être dissoute en 2012. Ses capacités seront alors réparties et intégrées dans d’autres unités d’artillerie qui ajouteront désormais une batterie sol-air à leurs 3 batteries sol-sol initiales. En attendant, le régiment participe à des missions de type PROTERRE (1) avec des missiles Mistral déployés en Guyane, au Liban, à Djibouti, en Côte d’Ivoire…

Les hommes du régiment sont aussi envoyés en Afghanistan, dans des postes d’état-major mais aussi dans des fonctions plus exposées. Le 11 janvier dernier, en vallée d’Alasay, le 402e RA a ainsi vu tomber au combat un de ses sous-officiers infirmiers. Le Sergent-chef Mathieu TOINETTE a été tué, ce 11 janvier, en même temps qu’un officier de la 1re Brigade mécanisée : le Capitaine Fabrice ROULLIER. La place d’armes du régiment est désormais traversée par une allée portant le nom du S/C Mathieu TOINETTE, fait adjudant à titre posthume.

Après un rapide repas pris à « l’ordinaire » de l’unité, les lycéens furent répartis en plusieurs groupes et dirigés sur divers ateliers. Ils eurent ainsi l’occasion d’observer une batterie de missiles Hawk avec sa station radar, un canon de 20 mm monté sur affût anti-aérien hydraulique, une batterie anti-aérienne Mistral… Bravant le froid, les élèves purent se faire une idée du haut niveau de technicité demandé dans les emplois de l’Armée de Terre. Même ancien, le système Hawk nécessite trois systèmes radar, et il faut une moyenne de quatre heures pour pouvoir déployer l’ensemble des composantes d’une batterie.

 

 

Plus petit et plus léger, seulement servi par deux hommes (un chef de pièce et un tireur), le système Mistral est chargé de la défense anti-aérienne rapprochée dans un rayon de 6 km. Missile de type « fire and forget » (2) fabriqué par la firme MBDA, le Mistral projette également des milliers d’éclats sous forme de billes de tungstène pouvant endommagé ou abattre avions et hélicoptères. Sa mise en oeuvre demande une coordination entre les deux servants ainsi qu’une bonne maîtrise du système de visée. Cela représente des heures d’entraînement sur simulateur – que les élèves purent essayer - avant des tirs réels effectués par les équipes de pièce dans le polygone d’essai de Biscarosse.

Dans le cadre des missions PROTERRE-MICAT, les soldats du régiment sont aussi entraînés sur simulateur dans un premier temps. À partir d’un logiciel développé et adapté sur la base du jeu « Operation Flashpoint », les lycéens se sont frottés aux fondamentaux du combat d’infanterie à savoir le déplacement sur le terrain, le positionnement et l’usage des armes en fonction d’un cadre d’ordres. Coordination des mouvements au sein du groupe de combat, ordres à donner en temps réel, vulnérabilité des combattants, dotation en munitions correspondant à ce qui est dans la réalité, les élèves comprirent assez rapidement que le simulateur n’avait de jeu que l’apparence. Il permet, en fait, aux soldats d’appréhender une mission avant d’aller la restituer sur le terrain souvent de nuit.

Dernier atelier clôturant la visite de l’unité, la confection de plusieurs dizaines de paquets cadeaux par les élèves à destination des enfants des militaires du 402e RA qui seront en OPEX au moment de Noël et du Jour de l’An.

 

 

__________

  1. L’acronyme PROTERRE veut dire PROjection - pour accomplir des missions principalement de PROtection – de PROfessionnels de l’armée de TERRE. La PROTERRE désigne un concept d’engagement d’unités de l’Armée de Terre dans un climat de confrontation de basse intensité, en dehors des logiques de guerre classique (le plan VIGIPIRATE ou la protection des installations aérospatiales de Kourou par exemple). Elle repose sur un ensemble de missions communes que toutes les unités de l’Armée de Terre - hors infanterie - doivent connaître et être capables de mener. Ces missions sont appelées MICAT ou Missions Communes à l’Armée de Terre.
  2. « Fire and forget » désigne un système de tir où le missile se dirige de lui-même sur une cible après le départ du coup, sans qu’il y ait besoin du tireur pour guider jusqu’au but la munition.

 


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Garde nationale


Réserve citoyenne


CAJ


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2018 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60