Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Classe de 6e (cycle 3)

Éléments pour une mise en application de l’Éducation à la Défense et de l’enseignement de défense en classe de 6e.

Article mis en ligne le 8 mars 2017
dernière modification le 15 août 2017

par Nghia NGUYEN

Références officielles

HISTOIRE

 

La civilisation grecque. Thème 1 - Au fondement de la Grèce : cités, mythes, panhellenisme

Liens EDUC/ENS-DEF

  • L’Iliade et l’Odyssée présente l’univers mental des Grecs et, avec lui, la notion du Héros. Cette étude permet de situer l’origine historique et culturelle du Héros. Notion d’abord religieuse, le Héros souligne la transcendance inhérente aux cultures et aux sociétés humaines.

Transversalité de niveaux

  • Histoire 2nde « Citoyenneté et démocratie à Athènes : Ve-IVe siècles av. JC »
  • EMC 1re « Défendre : organisation et enjeux de la Défense nationale » - On pourra faire réfléchir sur la notion contemporaine du héros. Le sacrifice de soldats, de gendarmes, de pompiers et de policiers tués ou blessés au cours de leurs missions et « pour la France » en font des héros non des victimes. L’étude du « Plan Hommage » souligne ce caractère héroïque.

Bibliographie

  • Inflexions. Civils et militaires : pouvoir dire, « Les dieux et les armes », 9, 2008.
  • Inflexions. Civils et militaires : pouvoir dire, « Que sont les héros devenus ? », 16, 2011.

​**********

La civilisation grecque. Thème 2 - La cité des Athéniens (Ve-VIe siècle) : citoyenneté et démocratie

Liens EDUC/ENS-DEF

  • L’unité de la cité des Athéniens comporte une dimension politico-religieuse et militaire profonde. Avec la naissance de la cité-État, le devoir de défense participe à la définition fondamentale du citoyen. Le service militaire qui en découle est par conséquent indissociable de la notion de citoyenneté, et l’on parle désormais de « citoyen-soldat ». Ce thème d’étude pose donc l’origine lointaine de ce qu’on a pu appeler le « lien Armée-Nation ».
  • Le modèle de la phalange hoplitique révolutionne l’art de la guerre au sein de la cité. Il s’épanouit pleinement durant les guerres médiques où Athènes, en particulier, joue la survie de son modèle démocratique. Le sacrifice militaire du plus grand nombre (les Zeugites et les Thètes) amène des citoyens jusqu’à présent exclus du jeu politique à en réclamer l’exercice concret. Cet élargissement du jeu politique renforce la Démocratie, mais montre également que les États se sont souvent construits par et à travers la guerre. Un phénomène que l’on retrouve avec la République et l’Empire à Rome, les empires chrétiens du haut Moyen Âge et la Chine des Han.
  • Avec les batailles de Salamine (480) et de l’Eurymédon (469), la guerre sur mer a été aussi décisive que celle menée sur terre. Elle suppose des ressources financières (mines du Laurion), matérielles (bois et textiles) et techniques (constructions navales) importantes. La victoire et l’expansion d’Athènes illustre l’importance stratégique de la mer (thalassocratie).
  • S’il a existé dans les cités grecques des partis recherchant l’entente avec les Perses plutôt que l’affrontement, les guerres médiques ont aussi été l’occasion pour les Grecs de comprendre ce qui les différenciait fondamentalement de la civilisation achéménide, notamment au plan de la liberté politique. L’exaltation, a posteriori, de leur victoire commune sur les Barbares a mis en avant un sentiment panhellenique. Relatif à l’époque des faits, ce sentiment reflète néanmoins la perception d’une culture commune. Cette culture commune est le socle de toute culture de Défense ici, en l’occurrence, à l’échelle de la Cité et à l’échelle de la civilisation hellénique. Les valeurs culturelles fondent ainsi l’idée d’une communauté et d’un Bien commun à défendre sur la durée. Ce lien entre Culture et Défense est ainsi présent dans toutes les grandes constructions politiques : l’Empire romain, les empires chrétiens du haut Moyen Âge, l’Empire des Han…

Transversalité de niveaux

  • Histoire 2nde « Citoyenneté et démocratie à Athènes : Ve-IVe siècles av. JC.
  • Histoire 5e « Les découvertes européennes et la conquête des empires ». « Géographie 5e « Gérer les océans et leurs ressources ». Histoire 4e « L’Europe et le monde » ; « Les colonies ». Géographie 4e « Des échanges à la dimension du monde ». Histoire 3e « La seconde guerre mondiale, une guerre d’anéantissement : 1939-1945 » ; « Une géopolitique mondiale (depuis 1945) ». Histoire 2nde « Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens à l’époque moderne ». Histoire 1re « La guerre au XXe siècle » ; « Colonisation et décolonisation ». Géographie Terminale « Les dynamiques de la mondialisation » - La puissance maritime fondée par la maîtrise des mers et des océans se retrouve dans l’histoire des grandes explorations, de l’Europe au XVIIIe siècle, de la colonisation, des deux guerres mondiales et de la géopolitique contemporaine.

Bibliographie

  • HANSON (Victor Davis), Le modèle occidental de la guerre, Paris, Les Belles Lettres, 1990, 298 p.
  • PICARD (Olivier), Les Grecs devant la menace perse, Paris, SEDES, 1980, 312 p.
  • WILL (Édouard), Le monde grec et l’Orient. Le Ve siècle (510-403), Paris, PUF, 3e éd. 1989, 732 p.

​**********

La civilisation grecque. Thème 3 (option) - Alexandre le Grand

Liens EDUC/ENS-DEF

  • Alexandre le Grand, ses conquêtes et leurs conséquences permet d’appréhender la révolution militaire que la Macédoine introduit dans les mondes grec et asiatique. Par son armement et sa tactique d’emploi, la phalange macédonienne rompt avec la phalange hoplitique traditionnelle. Elle se révèle supérieure en puissance, et l’usage de la cavalerie (les « Compagnons ») qui, à la fois en protège les flancs et va frapper ceux de l’ennemi, en fait un intrument redoutable capable de vaincre des armées perses supérieures en nombre. Le génie militaire d’Alexandre fut d’accorder ce rôle majeur à la cavalerie : une arme ignorée par les armées hoplitiques. Désormais, la phalange est moins l’expression de la Cité en armes qu’une unité tactique qui se professionnalise. La poliorcétique ou l’art d’assiéger les villes s’érige aussi en un véritable art (au sens « science ») dès cette époque.
  • Surtout, le combattant macédonien se bat moins par attachement à sa « cité » que par attachement à la personne de son souverain. La fidélité dynastique constitue une rupture fondamentale, qui se substitue à l’engagement militaire visible dans les cités grecques de la période classique.
  • Les guerres d’Alexandre le Grand se situent davantage dans une logique d’expansion que dans une logique défensive. Le génie du Macédonien tient cependant moins dans ses conquêtes militaires aussi spectaculaires qu’éphémères, que dans un véritable souci d’organisation de son empire. Sa mort prématurée comme le caractère inachevé de son oeuvre ne doivent pas cacher la réflexion du roi quant à la pérennité de son action. La réconciliation recherchée avec les Perses, parfois au risque de provoquer le mécontentement des vétérans macédoniens, l’encouragement des mariages mixtes, le respect des coutumes locales et l’intégration de troupes perses dans son armée, témoignent d’une ouverture culturelle qui a participé à la diffusion de la culture grecque en Orient comme en témoignent l’épanouissement des cités hellénistiques sous le règne des successeurs d’Alexandre : les Diadoques.
  • La question de l’organisation et de la défense d’un empire aussi immense se retrouve dans la romanisation sous l’Empire, et la Chine des Han à son apogée. Les victoires et la force militaire ne sont pas suffisantes en tant que telles pour garantir l’unité politique et territoriale. La reconnaissance et l’acceptation de valeurs culturelles communes, ainsi que la fidélité à une dynastie ou à des institutions, constituent le socle fondamental sur lequel se construit une défense à long terme.

Bibliographie

  • WILL (Édouard), Histoire politique du monde hellénistique 323-30 av. JC, Seuil, 2003, 960 p.

​**********

Rome. Thème 1 - Des origines à la fin de la République : fondation, organisation politique, conquêtes

Liens EDUC/ENS-DEF

  • Dans un contexte défensif permanent, de délimitation de frontières vis-à-vis de peuples voisins mais aussi de volonté expansionniste afin d’acquérir la seule véritable richesse de cette époque (la terre), les besoins militaires de la République romaine ne cessent de grandir. S’appuyant sur une armée civique nombreuse et bien entraînée, capable d’évolutions nonobstant de terribles défaites, perfectionnant sans cesse techniques et tactiques au contact de multiples ennemis, Rome impose un instrument militaire sans égal dans le monde antique : la légion.
  • Les guerres républicaines montrent un passage de guerres défensives (Gaulois, Carthaginois) à de véritables guerres de conquête. L’armée romaine s’appuie sur un service militaire non permanent, et une classe moyenne de petits propriétaires terriens. Le légionnaire républicain allie ainsi l’idéal du citoyen-soldat et la rusticité de la paysannerie au professionnalisme du guerrier de métier. Cependant, la rupture de l’équilibre politique et social – conséquence de la dilatation de la République à l’ensemble du bassin méditerranéen - bouleverse les structures socio-économiques ainsi que les liens d’allégeance traditionnels. Dès le Ier siècle av. JC, avec des généraux comme Marius, Sylla et surtout César, les troupes se prolétarisent, se professionnalisent et s’attachent davantage à leurs chefs qu’aux institutions républicaines.

Bibliographie

  • BORDET (Marcel), Précis d’histoire romaine, Armand Colin, 2013, 368 p.
  • PIGANIOL (André), La conquête romaine, Paris, PUF, 7e éd. 1995, 704 p.

​**********

Rome. Thème 2 - L’Empire, l’Empereur, la ville, la romanisation

Liens EDUC/ENS-DEF

  • Le Principat reste un régime politique s’appuyant sur le pouvoir militaire. L’armée impériale est constituée d’une trentaine de légions à l’époque d’Auguste. Professionnalisées, les légions impériales assurent la garde aux frontières (limes), construisent des camps – dont certains devinrent par la suite de véritables villes (Strasbourg, Cologne) -, et bâtissent une grande partie des infrastructures routières et d’adduction des eaux.
  • Si la Pax romana a davantage reposé sur le développement urbain, économique et culturel que sur la puissance militaire en tant que telle, c’est cette dernière qui a assuré l’indispensable sécurité aux frontières de l’Empire (limes) sans laquelle la romanisation n’eut été possible. Désormais professionnalisés, les légionnaires étaient par ailleurs de véritables bâtisseurs. Certains camps permanents donnèrent naissance à des villes (Strasbourg, Cologne), et nombre de routes comme d’infrastructures furent l’œuvre des légions.
  • Même professionnalisée, l’armée impériale reste une armée de citoyens à l’exception des unités auxiliaires qui fournissent des troupes spécialisées (cavalerie, archerie…). La question de l’élargissement de la citoyenneté romaine se pose régulièrement à partir du Ier siècle de notre ère. Elle conduit à l’édit de 212 qui l’étend à l’ensemble des hommes libres de l’Empire. Par ce texte, l’Empereur Caracalla accroît les recettes fiscales de l’État et facilite, en théorie, le recrutement dans les légions.
  • Paradoxalement, la puissance militaire sur laquelle s’appuie le principat, est aussi une cause de son affaiblissement à travers le rôle politique joué par la Garde prétorienne et la provincialisation des légions.

Transversalité de niveaux

  • Histoire 2nde « Citoyenneté et Empire à Rome » - L’État républicain ne survit pas à l’extension de son territoire, et il se transforme en État impérial à l’issue d’une longue guerre civile. Le Principat s’appuie sur le pouvoir militaire.

Bibliographie

  • BORDET (Marcel), Précis d’histoire romaine, Armand Colin, 2013, 368 p.
  • PETIT (Paul), Histoire générale de l’Empire romain. Le Haut-Empire (27 av. JC-161 ap. JC), Seuil, 1978, 307 p.
  • PETIT (Paul), Histoire générale de l’Empire romain. La crise de l’Empire (161-284), Seuil, 1978, 248 p.

**********

Les débuts du Judaïsme et du Christianisme. Thème 1 - Les débuts du Judaïsme

Liens EDUC/ENS-DEF

  • La destruction du second Temple par les Romains (70) précipite la diaspora et entraîne l’organisation du Judaïsme rabbinique. Cet événement prive également, pour deux millénaires, le peuple juif de tout État organisé, le laissant à la merci des différents peuples qui désormais accueillent des communautés juives dispersées.

Transversalité de niveaux

  • Histoire 4e « L’affirmation des nationalismes ». Histoire 3e « La Seconde Guerre mondiale, une guerre d’anéantissement (1939-1945) ». Histoire 1re « La guerre au XXe siècle ». Histoire Terminale « Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale » - L’origine antique de la diaspora juive sera utile à rappeler pour l’explication du Sionisme, de la Shoah et de la création de l’État d’Israël en 1948.

Bibliographie

  • SMILEVITCH (Éric), Histoire du Judaïsme, PUF, 2012, 128 p.

**********

Les débuts du Judaïsme et du Christianisme. Thème 2 - Les débuts du Christianisme

Liens EDUC/ENS-DEF

  • Le premier Christianisme reste fondamentalement pacifique et hostile aux métiers des armes jusqu’à ce que Saint Augustin (354-430) donne à la pensée chrétienne une justification à la guerre (concept de « guerre juste »). Le refus du culte impérial, dans une période où l’Empire recherche une unité morale et politique (IIe-IVe siècles), a exposé les Chrétiens à des persécutions violentes mais ponctuelles et limitées. Présenté par une historiographie classique comme un élément d’affaiblissement de l’Empire, au moment où celui-ci devait justement faire face aux « invasions barbares », le Christianisme a été – bien au contraire – une force morale dont le dynamisme a aidé à l’intégration entre Romains et Barbares. Il reste un facteur d’unité politique, spirituelle et culturelle au moment où les institutions impériales en Occident déclinent.

Transversalité de niveaux

  • Histoire 2nde « La chrétienté médiévale (XIe-XIIIe siècles) » - Le thème des croisades permet d’illustrer la « guerre juste » définie par la doctrine de l’Église.

Bibliographie

  • LE GOFF (Jacques), « Et le Christianisme inventa la « guerre juste », L’Histoire, 267, pp. 32-34.
  • Saint AUGUSTIN, La Cité de Dieu, 2 tomes, Paris, Seuil, 2004.
  • WERNER (Karl-Ferdinand), Les origines, Fayard, 1984, 540 p.

**********

Les empires chrétiens du haut Moyen Âge

Liens EDUC/ENS-DEF

  • Ce thème de programme illustre bien la relation entre l’État et la guerre. Tout au long de leur histoire, l’Empire byzantin comme l’Empire carolingien ont en commun d’être constamment en guerre à leurs frontières, et d’être menacés à l’intérieur par des forces centrifuges. Les deux empires tentent à leur manière d’assurer leur unité et leur pérennité autour d’une idée impériale romaine et chrétienne.
  • Dans l’Empire byzantin, l’expansion arabo-musulmane devient une menace majeure à partir du VIIe siècle. L’interpénétration des questions de pouvoir et de religion (césaro-papisme) ajoute une résonnance particulière aux shismes et hérésies qui constituent des ferments de guerres civiles et d’affaiblissement politique (querelles christologiques et des images).
  • L’Empire carolingien affirme le caractère chrétien de l’Occident. Vaste territoire et empire conquérant avant de sombrer dans la division féodale, il donne une image guerrière du Christianisme (évangélisation violente des Saxons par Charlemagne).

Bibliographie

  • OSTROGORSKY (Georges), Histoire de l’État byzantin, Paris, Payot, 1996, 648 p.
  • WERNER (Karl-Ferdinand), Les origines, Fayard, 1984, 540 p.

**********

Regards sur les mondes lointains. Thème 1 - La Chine des Han à son apogée

Liens EDUC/ENS-DEF

  • Ce dernier thème du programme pose encore la question de la pérennité d’un vaste État, comme le rôle joué par la guerre dans la construction de ce dernier. À son apogée, sous le règne de l’Empereur Wu (140-87 av. JC), la Chine des Han connaît une brillante civilisation. Grand conquérant, cet empereur porte le territoire chinois à son extension maximale. Il pose par conséquent la question de la défense d’un aussi vaste empire, hétérogène dans sa multitude ethnique. L’action militaire et défensive de Wu portera entre autres sur la construction de la Grande muraille qui - si elle ne date pas de son règne - est considérablement allongée (1000 km) et renforcée sous son gouvernement. L’ouvrage reçoit ainsi dès les IIe et Ier siècles avant notre ère un système de forts et de tours directement intégrés aux murailles ainsi qu’un système de communication par feux à longue distance.
  • La défense de l’Empire est également administrative et économique. Homme d’État, l’Empereur Wu s’attache aussi à organiser un véritable corps de fonctionnaires, recrutés sur examen et destinés à renforcer la centralisation de l’État chinois. Recensements des sujets, inventaires des ressources et levées d’impôts répondent directement à un impératif de défense et de mobilisation de l’empire.

Bibliographie

  • BUJARD (Marianne) et PIRAZZOLI-T’SERSTEVENS (Michèle), Histoire générale de la Chine (221 av. JC-220 ap. JC). Les dynasties Qin et Han, Les Belles Lettres, 2017, 380 p.
  • TDC, « La Chine des Han », 1083, CNDP, 2014, 50 p.

OGRAPHIE

 

Habiter la ville

Liens EDUC/ENS-DEF

  • Plus de la moitié de l’Humanité vit aujourd’hui en ville. Du fait des fortes densités de population que l’on y trouve, de la concentration des flux et des lieux de pouvoir, des phénomènes de ségrégation socio-spatiaux et économiques, les métropoles sont plus que jamais en relation étroite avec les problématiques de sécurité et de défense. La délinquance et la criminalité, l’économie souterraine comme les risques liés aux pollutions diverses, menacent directement les populations urbaines et nécessitent une action des États dans les domaines de la sécurité et de la prévention. Réseaux de transport, d’énergie et d’approvisionnements divers à flux tendus sont autant de vulnérabilités quotidiennes pour les métropoles contemporaines exposées en permanence aux risques, au crime et à la menace terroriste.
  • Le terrorisme frappe essentiellement en milieu urbain d’où la mise en place de dispositifs véritablement militaires afin de protéger les populations : opérations Vigipirate/Sentinelle en France. Que ce soit dans certaines banlieues françaises, les favelas de Rio de Janeiro ou dans des métropoles mexicaines, il n’est pas rare – à des degrés divers – d’observer la mise en place d’une économie grise accompagnant des scènes de guérilla urbaine voire d’affrontements de basse intensité.

Transversalité de niveaux

  • Géographie 4e « Les lieux de commandement » (option). EMC 4e « La sûreté : un droit de l’Homme ». Géographie 3e « De la ville à l’espace rural, un territoire sous influence urbaine ». Géographie 2nde « Villes et développement durable ». Géographie 1re « La France en villes ».

Cf. Bibliographie « Sécurité intérieure et sécurité civile ».

**********

Habiter les littoraux

Liens EDUC/ENS-DEF

  • En interaction avec les mers et les océans, les littoraux concentrent la plus grande partie de l’humanité. Milieux fragiles, aujourd’hui soumis à de fortes densités de population, ils sont aussi des espaces économiques stratégiques aux échelles régionale comme mondiale. À ce titre, ils présentent des vulnérabilités : risques naturels, risques industriels et technologiques, pollutions, interfaces migratoires, piraterie… Le thème pourra donc introduire la notion de sécurité civile mais aussi l’Action de l’État en Mer.

Transversalité de niveaux

  • EMC 5e « La sécurité et les risques majeurs ».
  • Géographie 4e « Les échanges à la dimension du monde ». « Les échanges de marchandises ». Les mobilités humaines ».
  • Géographie 2nde « Les littoraux, espaces convoités » et « Les espaces exposés aux risques majeurs ».

Ressources

 

ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE

 

L’habitant

Liens EDUC/ENS-DEF

  • L’organisation de la commune ainsi que l’étude des acteurs locaux est l’occasion de présenter le correspondant Défense de la municipalité : son identité, ses missions en relation avec les écoles et les collèges.

Ressources


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Réserve citoyenne


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2017 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60