Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Le Traité de Troyes (1420)
Article mis en ligne le 8 mai 2017
dernière modification le 22 mai 2018

par Nghia NGUYEN

Le Duc de Bourgogne Philippe le Bon et le Roi Henri V de Lancastre

 

Atteint d’une pathologie mentale qui se révèle dès 1392, Charles VI (1368-1422) n’est plus en mesure de gouverner le royaume bien avant la fin de son long règne. Cette situation ouvre un champ de rivalités entre les frères du Roi qui met en péril le Royaume capétien au moment où celui-ci doit affronter la menace anglaise. Pire, ces rivalités finissent pas déclencher une véritable guerre civile entre la Maison d’Orléans et celle de Bourgogne à partir de 1405. C’est la lutte entre les Armagnacs et les Bourguignons, où au meurtre de Louis d’Orléans (23 novembre 1407) répond le guet-apens du pont de Montereau-Fault-Yonne (10 septembre 1419) qui coûte la vie au Duc de Bourgogne Jean sans Peur (1371-1419).

L’assassinat de Jean sans Peur par les Armagnacs jette son fils, le Duc Philippe le Bon, dans les bras de l’alliance avec l’Angleterre. Philippe le Bon, qui ne reconnaît plus l’autorité du Dauphin – le futur Charles VII (1403-1461) - allié aux Armagnacs, jure au nom du Roi de France une nouvelle alliance avec Henri V. Le Roi anglais épousera la fille de Charles VI, Catherine de France, et montera sur le trône capétien à la mort de celui-ci. Désastreux pour la monarchie capétienne, le Traité de Troyes résulte d’un dangereux affaiblissement de l’État royal, que la guerre civile et surtout la victoire militaire décisive d’Henri V à Azincourt (25 octobre 1415) consacrent. Il ouvre pour le Dauphin Charles les pires heures de son gouvernement, et la diplomatie delphinale n’aura de cesse de vouloir défaire le lien anglo-bourguignon (1). Henri V marque ainsi sa volonté de réunir sur sa tête les deux couronnes d’Angleterre et de France : c’est la double monarchie qui aurait mis fin à la Guerre de Cent Ans en consacrant la victoire anglaise. Sa mort prématurée - qui pousse sur le devant de la scène un fils encore mineur (2) né de son union avec Catherine - ne permettra cependant pas la réalisation de ce projet politique.

Roi aussi cynique qu’intelligent, Henri V de Lancastre est considéré comme un véritable héros national en Angleterre (3). Paradoxalement, c’est avec ce Roi qui affirma le caractère protonational du Royaume d’Angleterre, que faillit se réaliser le projet de double monarchie avec le Royaume de France.

  1. Le Traité de Troyes aboutit à une alliance anglo-bourguignonne qui inverse le rapport de force, empêchant toute victoire française. Taillée en pièce à la bataille d’Azincourt en 1415, l’armée du Roi de France est de nouveau saignée à Verneuil en 1424 par le Régent Jean de Bedford, tuteur du jeune Henri VI. Les conséquences de ces désastres militaires donnent alors un éclairage particulier à la portée de l’ « événement » Jeanne d’Arc.
  2. Henri VI (1421-1471).
  3. Cf. Un portrait d’Henri V dans PERROY (Édouard), La Guerre de Cent Ans, Éditions Gallimard, 1945, pp. 204-206.

__________

Bibliographie

  • SCHNERB (Bertrand), Les Armagnacs et les Bourguignons. La maudite guerre, Librairie académique Perrin, 1988, 310 p.


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Garde nationale


Réserve citoyenne


CAJ


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2018 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60