Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Protection nucléaire
Article mis en ligne le 19 novembre 2017
dernière modification le 20 novembre 2017

par Nghia NGUYEN

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine

 

Chiffres clés 2017

  • 19 centrales nucléaires en activité sur le territoire métropolitain.
  • 2 000 000 de personnes vivent dans un rayon de moins de 20 km d’une infrastructure nucléaire.
  • Le Plan Particulier d’Intervention (PPI) nucléaire porte sur un rayon de 20 km autour d’une centrale. Dans ce rayon la population fait l’objet d’une prévention particulière qui, cependant, décroît rapidement au-delà. L’ANCCLI préconise ainsi de porter ce rayon d’action du PPI à 80 km.
  • 211 000 personnes vivent actuellement dans une commune située à moins de 5 km d’une centrale nucléaire.
  • La centrale nucléaire la plus proche de Paris est celle de Nogent-sur-Seine (93 km).

Qu’est-ce qu’un PPI ?

Le Plan Particulier d’Intervention (PPI) est un document officiel établi par les pouvoirs publics afin d’assurer la protection des populations, des biens et de l’environnement. Il organise la prévention face aux risques majeurs ainsi que les secours en cas de catastrophes. Le PPI décrit l’organisation des moyens humains et techniques en situation de crise.

Déclenché par le Préfet, le PPI est un volet des dispositions du plan ORSEC départemental, et s’adapte à différents types de catastrophes : naturelles, industrielles ou provoquées par des actions hostiles (terrorisme). Il existe donc plusieurs déclinaisons du PPI selon les risques et les menaces ; selon les institutions concernées également. Ainsi, pour l’Éducation nationale, le PPI se traduira par un Plan Particulier de Mise en Sécurité (PPMS) spécifique pour chaque établissement scolaire.

En ce qui concerne le PPI nucléaire, le document de référence est consultable dans toutes les mairies situées dans un rayon de 20 km autour d’une centrale nucléaire. Il se présente sous la forme d’une brochure d’information sur la nature du risque, la connaissance des moyens d’alerte et de protection, les consignes à observer en cas de crise.

 

Nombre de personnes à proximité des 19 centrales nucléaires françaises (source - MONDON (Nicolas) et PLUMMER (William), « Faites-vous partie de la population la plus à risque en cas d’accident nucléaire ? », in Le Figaro, 14 novembre 2017)

 

Pourquoi prendre des comprimés d’iode en cas d’irradiation ?

L’iode stable est un oligo-élément naturel et nécessaire à notre organisme. Il entre dans la composition d’hormones fabriquées par la glande thyroïde. En cas d’irradiation, cette glande (située dans le cou) fixerait de l’iode radioactive ce qui provoquerait à terme un cancer. L’absorption d’iode stable permet de saturer la glande thyroïde empêchant la fixation de la radioactivité dans celle-ci. L’iode radioactive serait par la suite éliminée dans les urines.

Classée comme antidote, l’iodure de potassium relève de la pharmacie centrale des Armées. Distribuée - ou accessible - à titre préventif dans les communes situées dans le PPI nucléaire, sa prise est soumise à une décision directe du Préfet.

__________

Sites utiles

 


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Réserve citoyenne


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2017 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60