Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
L’attentat de Lockerbie (1988)
Article mis en ligne le 10 décembre 2017
dernière modification le 12 décembre 2017

par Nghia NGUYEN

Quadriréacteur à double pont, le Boeing 747 - appelé aussi Jumbo jet - est un avion destiné aux vols long-courriers. Il constitue l’un des grands succès commerciaux civils de la firme Boeing

 

La politique extérieure du Colonel Mouammar KADHAFI (1942-2011) constitue la trame de l’attentat qui aboutit à la destruction du vol PANAM 103. L’intervention de la Libye dans les affaires tchadiennes (bande d’Aozou) et la prétention de Tripoli a vouloir annexer le Tchad provoque l’intervention de la France et des États-Unis dans un contexte de Guerre froide. Les relations avec Washington s’enveniment lorsque les revendications territoriales de KADHAFI sur le Golfe de Syrte conduisent à des affrontements avec l’US Navy (1).

Désormais, le dirigeant libyen s’engage dans l’action terroriste à titre de représailles, et une discothèque berlinoise (« La Belle »), particulièrement fréquentée par les militaires américains, est frappée par un attentat le 5 avril 1986. En riposte, le Président américain Ronald W. REAGAN (1911-2004) fait bombarder Tripoli et Benghazi le 15 avril. C’est l’opération « El Dorado Canyon » qui vise la personne même de KADHAFI, le manquant de peu. 45 militaires libyens (dont des personnalités de haut rang) sont tués et une vingtaine d’aéronefs (dont des MIG 23) sont détruits au sol. Dans l’action, une vingtaine de civils sont aussi tués dont Hannah KADHAFI, la fille adoptive du dirigeant libyen.

La destruction du vol PANAM 103 au-dessus de Lockerbie constitue donc une réplique à ces affrontements qui, sans conduire à un conflit majeur, empoisonnent singulièrement les relations entre les Occidentaux – plus particulièrement les États-Unis – et la Libye. L’enquête met en évidence le rôle des services secrets de Tripoli et conduit à un embargo aérien et militaire de la Libye voté par le Conseil de sécurité de l’ONU le 31 mars 1992 (résolution 748). Cet embargo est levé le 12 septembre 2003 - avec l’abstention de Washington et de Paris cependant – après que KADHAFI ait reconnu son rôle dans l’attentat, ait fait livrer deux suspects et ait accepté le principe d’une indemnisation des victimes.

  1. KADHAFI revendique l’ensemble du golfe alors que les États-Unis ne reconnaissent que la limite fixée par le droit international de la mer (12 miles). Le désaccord entre les deux pays conduit à deux affrontements. Les 24/25 mars 1986, dans le cadre de l’opération « Prairie fire » les Américains ripostent à 6 tirs de missiles libyens alors qu’ils manoeuvrent dans les eaux revendiquées par Tripoli. Plusieurs sites lance-missiles sont détruits et Tripoli annonce 58 morts. Le 4 janvier 1989 un nouveau combat aérien oppose les Américains et les Libyens au cours duquel deux avions libyens sont abattus.

Le General Dynamics F-111 Aardvark est un bombardier stratégique à géométrie variable. 18 de ces appareils appartenant au 48th Tactical Fighter Wing ont frappé la Libye lors de l’opération El Dorado Canyon

__________

Bibliographie

  • HUGUEUX (Vincent), Kadhafi, Perrin, 2017, 350 p.
  • LUGAN (Bernard), Histoire de l’Afrique du Nord (Égypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc). Des origines à nos jours, Éditions du Rocher, 2016, 736 p.

Quadriréacteur à double pont, le Boeing 747 - appelé aussi Jumbo jet - est un avion destiné aux vols long-courriers. Il constitue l’un des grands succès commerciaux civils de la firme Boeing

 

La politique extérieure du Colonel Mouammar KADHAFI (1942-2011) constitue la trame de l’attentat qui aboutit à la destruction du vol PANAM 103. L’intervention de la Libye dans les affaires tchadiennes (bande d’Aozou) et la prétention de Tripoli a vouloir annexer le Tchad provoque l’intervention de la France et des États-Unis dans un contexte de Guerre froide. Les relations avec Washington s’enveniment lorsque les revendications territoriales de KADHAFI sur le Golfe de Syrte conduisent à des affrontements avec l’US Navy (1).

Désormais, le dirigeant libyen s’engage dans l’action terroriste à titre de représailles, et une discothèque berlinoise (« La Belle »), particulièrement fréquentée par les militaires américains, est frappée par un attentat le 5 avril 1986. En riposte, le Président américain Ronald W. REAGAN (1911-2004) fait bombarder Tripoli et Benghazi le 15 avril. C’est l’opération « El Dorado Canyon » qui vise la personne même de KADHAFI, le manquant de peu. 45 militaires libyens (dont des personnalités de haut rang) sont tués et une vingtaine d’aéronefs (dont des MIG 23) sont détruits au sol. Dans l’action, une vingtaine de civils sont aussi tués dont Hannah KADHAFI, la fille adoptive du dirigeant libyen.

La destruction du vol PANAM 103 au-dessus de Lockerbie constitue donc une réplique à ces affrontements qui, sans conduire à un conflit majeur, empoisonnent singulièrement les relations entre les Occidentaux – plus particulièrement les États-Unis – et la Libye. L’enquête met en évidence le rôle des services secrets de Tripoli et conduit à un embargo aérien et militaire de la Libye voté par le Conseil de sécurité de l’ONU le 31 mars 1992 (résolution 748). Cet embargo est levé le 12 septembre 2003 - avec l’abstention de Washington et de Paris cependant – après que KADHAFI ait reconnu son rôle dans l’attentat, ait fait livrer deux suspects et ait accepté le principe d’une indemnisation des victimes.

KADHAFI revendique l’ensemble du golfe alors que les États-Unis ne reconnaissent que la limite fixée par le droit international de la mer (12 miles). Le désaccord entre les deux pays conduit à deux affrontements. Les 24/25 mars 1986, dans le cadre de l’opération « Prairie fire » les Américains ripostent à 6 tirs de missiles libyens alors qu’ils manoeuvrent dans les eaux revendiquées par Tripoli. Plusieurs sites lance-missiles sont détruits et Tripoli annonce 58 morts. Le 4 janvier 1989 un nouveau combat aérien oppose les Américains et les Libyens au cours duquel deux avions libyens sont abattus.

Le General Dynamics F-111 Aardvark est un bombardier stratégique à géométrie variable. Ce sont, notamment, 18 de ces appareils appartenant au 48th Tactical Fighter Wing qui ont frappé la Libye lors de l’opération El Dorado Canyon

__________

Bibliographie

  • HUGUEUX (Vincent), Kadhafi, Perrin, 2017, 350 p.
  • LUGAN (Bernard), Histoire de l’Afrique du Nord (Égypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc). Des origines à nos jours, Éditions du Rocher, 2016, 736 p.

Quadriréacteur à double pont, le Boeing 747 - appelé aussi Jumbo jet - est un avion destiné aux vols long-courriers. Il constitue l’un des grands succès commerciaux civils de la firme Boeing

 

La politique extérieure du Colonel Mouammar KADHAFI (1942-2011) constitue la trame de l’attentat qui aboutit à la destruction du vol PANAM 103. L’intervention de la Libye dans les affaires tchadiennes (bande d’Aozou) et la prétention de Tripoli a vouloir annexer le Tchad provoque l’intervention de la France et des États-Unis dans un contexte de Guerre froide. Les relations avec Washington s’enveniment lorsque les revendications territoriales de KADHAFI sur le Golfe de Syrte conduisent à des affrontements avec l’US Navy (1).

Désormais, le dirigeant libyen s’engage dans l’action terroriste à titre de représailles, et une discothèque berlinoise (« La Belle »), particulièrement fréquentée par les militaires américains, est frappée par un attentat le 5 avril 1986. En riposte, le Président américain Ronald W. REAGAN (1911-2004) fait bombarder Tripoli et Benghazi le 15 avril. C’est l’opération « El Dorado Canyon » qui vise la personne même de KADHAFI, le manquant de peu. 45 militaires libyens (dont des personnalités de haut rang) sont tués et une vingtaine d’aéronefs (dont des MIG 23) sont détruits au sol. Dans l’action, une vingtaine de civils sont aussi tués dont Hannah KADHAFI, la fille adoptive du dirigeant libyen.

La destruction du vol PANAM 103 au-dessus de Lockerbie constitue donc une réplique à ces affrontements qui, sans conduire à un conflit majeur, empoisonnent singulièrement les relations entre les Occidentaux – plus particulièrement les États-Unis – et la Libye. L’enquête met en évidence le rôle des services secrets de Tripoli et conduit à un embargo aérien et militaire de la Libye voté par le Conseil de sécurité de l’ONU le 31 mars 1992 (résolution 748). Cet embargo est levé le 12 septembre 2003 - avec l’abstention de Washington et de Paris cependant – après que KADHAFI ait reconnu son rôle dans l’attentat, ait fait livrer deux suspects et ait accepté le principe d’une indemnisation des victimes.

KADHAFI revendique l’ensemble du golfe alors que les États-Unis ne reconnaissent que la limite fixée par le droit international de la mer (12 miles). Le désaccord entre les deux pays conduit à deux affrontements. Les 24/25 mars 1986, dans le cadre de l’opération « Prairie fire » les Américains ripostent à 6 tirs de missiles libyens alors qu’ils manoeuvrent dans les eaux revendiquées par Tripoli. Plusieurs sites lance-missiles sont détruits et Tripoli annonce 58 morts. Le 4 janvier 1989 un nouveau combat aérien oppose les Américains et les Libyens au cours duquel deux avions libyens sont abattus.

Le General Dynamics F-111 Aardvark est un bombardier stratégique à géométrie variable. Ce sont, notamment, 18 de ces appareils appartenant au 48th Tactical Fighter Wing qui ont frappé la Libye lors de l’opération El Dorado Canyon

__________

Bibliographie

  • HUGUEUX (Vincent), Kadhafi, Perrin, 2017, 350 p.
  • LUGAN (Bernard), Histoire de l’Afrique du Nord (Égypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc). Des origines à nos jours, Éditions du Rocher, 2016, 736 p.

Quadriréacteur à double pont, le Boeing 747 - appelé aussi Jumbo jet - est un avion destiné aux vols long-courriers. Il constitue l’un des grands succès commerciaux civils de la firme Boeing

 

La politique extérieure du Colonel Mouammar KADHAFI (1942-2011) constitue la trame de l’attentat qui aboutit à la destruction du vol PANAM 103. L’intervention de la Libye dans les affaires tchadiennes (bande d’Aozou) et la prétention de Tripoli a vouloir annexer le Tchad provoque l’intervention de la France et des États-Unis dans un contexte de Guerre froide. Les relations avec Washington s’enveniment lorsque les revendications territoriales de KADHAFI sur le Golfe de Syrte conduisent à des affrontements avec l’US Navy (1).

Désormais, le dirigeant libyen s’engage dans l’action terroriste à titre de représailles, et une discothèque berlinoise (« La Belle »), particulièrement fréquentée par les militaires américains, est frappée par un attentat le 5 avril 1986. En riposte, le Président américain Ronald W. REAGAN (1911-2004) fait bombarder Tripoli et Benghazi le 15 avril. C’est l’opération « El Dorado Canyon » qui vise la personne même de KADHAFI, le manquant de peu. 45 militaires libyens (dont des personnalités de haut rang) sont tués et une vingtaine d’aéronefs (dont des MIG 23) sont détruits au sol. Dans l’action, une vingtaine de civils sont aussi tués dont Hannah KADHAFI, la fille adoptive du dirigeant libyen.

La destruction du vol PANAM 103 au-dessus de Lockerbie constitue donc une réplique à ces affrontements qui, sans conduire à un conflit majeur, empoisonnent singulièrement les relations entre les Occidentaux – plus particulièrement les États-Unis – et la Libye. L’enquête met en évidence le rôle des services secrets de Tripoli et conduit à un embargo aérien et militaire de la Libye voté par le Conseil de sécurité de l’ONU le 31 mars 1992 (résolution 748). Cet embargo est levé le 12 septembre 2003 - avec l’abstention de Washington et de Paris cependant – après que KADHAFI ait reconnu son rôle dans l’attentat, ait fait livrer deux suspects et ait accepté le principe d’une indemnisation des victimes.

KADHAFI revendique l’ensemble du golfe alors que les États-Unis ne reconnaissent que la limite fixée par le droit international de la mer (12 miles). Le désaccord entre les deux pays conduit à deux affrontements. Les 24/25 mars 1986, dans le cadre de l’opération « Prairie fire » les Américains ripostent à 6 tirs de missiles libyens alors qu’ils manoeuvrent dans les eaux revendiquées par Tripoli. Plusieurs sites lance-missiles sont détruits et Tripoli annonce 58 morts. Le 4 janvier 1989 un nouveau combat aérien oppose les Américains et les Libyens au cours duquel deux avions libyens sont abattus.

Le General Dynamics F-111 Aardvark est un bombardier stratégique à géométrie variable. Ce sont, notamment, 18 de ces appareils appartenant au 48th Tactical Fighter Wing qui ont frappé la Libye lors de l’opération El Dorado Canyon

__________

Bibliographie

  • HUGUEUX (Vincent), Kadhafi, Perrin, 2017, 350 p.
  • LUGAN (Bernard), Histoire de l’Afrique du Nord (Égypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc). Des origines à nos jours, Éditions du Rocher, 2016, 736 p.


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Garde nationale


Réserve citoyenne


CAJ


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2018 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60