Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Lancement du premier sous-marin nucléaire (1954)
Article mis en ligne le 15 décembre 2017
dernière modification le 19 janvier 2018

par Nghia NGUYEN

Le 21 janvier 1954, l’US Navy lance le premier sous-marin atomique de l’histoire : le USS Nautilus. Par atomique, il faut comprendre le premier submersible à propulsion nucléaire, non le premier submersible équipé de missiles nucléaires (1).

La propulsion nucléaire révolutionne le transport maritime et, plus particulièrement, la guerre sous-marine. En effet, la grande faiblesse des sous-marins durant la Deuxième Guerre mondiale était leur autonomie limitée en plongée. Le sous-marin de type VII - qui fut le bâtiment de combat principal de la Kriegsmarine – devait refaire surface au bout de quelques heures afin de recharger ses batteries diesel. L’équipement d’un Schnorchel permit ce rechargement en plongée, mais il fallut attendre la fin de l’année 1943 pour commencer à voir le système se diffuser dans l’U-Bootwaffe. Par ailleurs, le système Schnorchel ne pouvait être utilisé qu’en immersion périscopique, ce qui rendait le sous-marin détectable et vulnérable car encore trop proche de la surface. Autre problème, lorsqu’ils étaient en plongée, les sous-marins classiques devaient sensiblement réduire leur vitesse de navigation, aux alentours de 7/8 noeuds.

Avec la propulsion nucléaire, le USS Nautilus ouvre de nouveaux horizons à la navigation sous-marine. En un peu plus de trois jours, il franchit 2000 km en immersion. Il traverse le pôle arctique en passant sous la calotte glaciaire sans refaire surface, et est capable de maintenir une vitesse de 16 noeuds en immersion durant une heure, soit la vitesse maximale d’un U-Boat type VII mais en surface. C’est un record qui vient d’être battu.

L’homme qui se trouve derrière ce succès technologique est le Contre-amiral Hyman George RICKOVER (1900-1986). RICKOVER – qui finira sa carrière comme Amiral – est né en URSS dans une famille juive qui émigre aux États-Unis en 1906. Les premiers temps sont difficiles pour la famille qui vit dans un ghetto de New-York, mais finit par en sortir pour s’installer dans un quartier plus aisé de Chicago. Il faut cependant travailler dur tout en poursuivant les études secondaires.

C’est la Marine de son pays d’accueil qui va permettre au jeune Hyman RICKOVER de connaître enfin l’ascension et la reconnaissance sociale. Reçu au concours d’entrée de l’Académie navale d’Annapolis à l’âge de 19 ans, RICKOVER entame une carrière d’officier mécanicien dans l’US Navy. Il exerce son premier grand commandement juste avant le déclenchement du conflit, en 1937. La Deuxième Guerre mondiale l’oriente vers les spécialités électriques à bord des bâtiments de la Flotte, et il est rapidement intégré au projet Manhattan, le programme de recherche nucléaire américain. C’est avec cette expérience que RICKOVER, parvient au sommet de la hiérarchie de la Marine, et qu’il fait aboutir le projet du sous-marin Nautilus au plus fort de la Guerre froide. Si l’homme a aussi permis l’élaboration du premier programme nucléaire civil américain, il reste considéré comme le père de la marine atomique des États-Unis.

  1. Le premier Sous-marin Nucléaire Lanceur d’Engins (SNLE) de l’histoire est le USS George Washington (SSBN 598) - lancé en 1959 -, qui réalise son premier tir balistique le 20 juillet 1960 avec un UGM-27 A1 Polaris.

__________

Bibliographie

  • CAMUS (David) et SHELDON-DUPLEIX (Alexandre), Les sous-marins. Fantômes des profondeurs, Gallimard, 2006, 128 p.
  • MATHEY (Jean-Marie) et SHELDON-DUPLAIX (Alexandre), Histoire des sous-marins. Des origines à nos jours, ETAI, 2018, 224 p.

 

Anchors aweigh

 

Le 21 janvier 1954, l’US Navy lance le premier sous-marin atomique de l’histoire : le USS Nautilus. Par atomique, il faut comprendre le premier submersible à propulsion nucléaire, non le premier submersible équipé de missiles nucléaires (1).

La propulsion nucléaire révolution le transport maritime et, plus particulièrement, la guerre sous-marine. En effet, la grande faiblesse des sous-marins durant la Deuxième Guerre mondiale était leur autonomie limitée en plongée. Le sous-marin de type VII - qui fut le bâtiment principal de combat de la Kriegsmarine – devait refaire surface au bout de quelques heures afin de recharger ses batteries diesel. L’équipement d’un Schnorchel permit ce rechargement en plongée, mais il fallut attendre la fin de l’année 1943 pour commencer à voir le système se diffuser dans l’U-Bootwaffe. Par ailleurs, le système Schnorchel ne pouvait être utilisé qu’en immersion périscopique, ce qui rendait le sous-marin détectable et vulnérable car encore trop proche de la surface. Autre problème, lorsqu’ils étaient en plongée, les sous-marins classiques devaient sensiblement réduire leur vitesse de navigation, aux alentours de 7/8 noeuds.

Avec la propulsion nucléaire, le USS Nautilus va dorénavant ouvrir de nouveaux horizons à la navigation sous-marine. En un peu plus de trois jours, il franchit 2000 km en immersion. Il traverse la calotte glaciaire arctique sans refaire surface, et est capable de maintenir une vitesse de 16 noeuds en immersion durant une heure, soit la vitesse maximale d’un U-Boat type VII mais en surface. Un record !

L’homme qui se trouve derrière ce succès technologique est le Contre-amiral Hyman George RICKOVER (1900-1986). RICKOVER – qui finira sa carrière comme Amiral – est né en URSS dans une famille juive qui émigre aux États-Unis en 1906. Les premiers temps sont difficiles pour la famille qui vit dans un ghetto de New-York, mais finit par en sortir pour s’installer dans un quartier plus aisé de Chicago. Il faut cependant travailler dur tout en poursuivant les études secondaires.

C’est la Marine de son pays d’accueil qui va permettre au jeune Hyman RICKOVER de connaître enfin l’ascension et la reconnaissance sociale. Reçu au concours d’entrée de l’Académie navale d’Annapolis à l’âge de 19 ans, RICKOVER entame une carrière d’officier mécanicien dans l’US Navy. Il exerce son premier grand commandement juste avant le déclenchement du conflit, en 1937. La Deuxième Guerre mondiale l’oriente vers les spécialités électriques à bord des bâtiments de la Flotte, et il est rapidement intégré au projet Manhattan qui est le programme de recherche nucléaire américain. C’est avec cette expérience que RICKOVER, parvient au sommet de la hiérarchie de la Marine, et qu’il fait aboutir le projet du sous-marin Nautilus au plus fort de la Guerre froide. Si l’homme a aussi permis l’élaboration du premier programme nucléaire civil américain, il reste considéré comme le père de la marine atomique des États-Unis.

  1. Le premier Sous-marin Nucléaire Lanceur d’Engins (SNLE) de l’histoire est le USS George Washington (SSBN 598) - lancé en 1959 -, qui réalise son premier tir balistique le 20 juillet 1960 avec un UGM-27 A1 Polaris.

__________

Bibliographie

  • CAMUS (David) et SHELDON-DUPLEIX (Alexandre), Les sous-marins. Fantômes des profondeurs, Gallimard, 2006, 128 p.
  • MATHEY (Jean-Marie) et SHELDON-DUPLAIX (Alexandre), Histoire des sous-marins. Des origines à nos jours, ETAI, 2018, 224 p.

 

Anchors aweigh

​A

 

Le 21 janvier 1954, l’US Navy lance le premier sous-marin atomique de l’histoire : le USS Nautilus. Par atomique, il faut comprendre le premier submersible à propulsion nucléaire, non le premier submersible équipé de missiles nucléaires (1).

La propulsion nucléaire révolution le transport maritime et, plus particulièrement, la guerre sous-marine. En effet, la grande faiblesse des sous-marins durant la Deuxième Guerre mondiale était leur autonomie limitée en plongée. Le sous-marin de type VII - qui fut le bâtiment principal de combat de la Kriegsmarine – devait refaire surface au bout de quelques heures afin de recharger ses batteries diesel. L’équipement d’un Schnorchel permit ce rechargement en plongée, mais il fallut attendre la fin de l’année 1943 pour commencer à voir le système se diffuser dans l’U-Bootwaffe. Par ailleurs, le système Schnorchel ne pouvait être utilisé qu’en immersion périscopique, ce qui rendait le sous-marin détectable et vulnérable car encore trop proche de la surface. Autre problème, lorsqu’ils étaient en plongée, les sous-marins classiques devaient sensiblement réduire leur vitesse de navigation, aux alentours de 7/8 noeuds.

Avec la propulsion nucléaire, le USS Nautilus va dorénavant ouvrir de nouveaux horizons à la navigation sous-marine. En un peu plus de trois jours, il franchit 2000 km en immersion. Il traverse la calotte glaciaire arctique sans refaire surface, et est capable de maintenir une vitesse de 16 noeuds en immersion durant une heure, soit la vitesse maximale d’un U-Boat type VII mais en surface. Un record !

L’homme qui se trouve derrière ce succès technologique est le Contre-amiral Hyman George RICKOVER (1900-1986). RICKOVER – qui finira sa carrière comme Amiral – est né en URSS dans une famille juive qui émigre aux États-Unis en 1906. Les premiers temps sont difficiles pour la famille qui vit dans un ghetto de New-York, mais finit par en sortir pour s’installer dans un quartier plus aisé de Chicago. Il faut cependant travailler dur tout en poursuivant les études secondaires.

C’est la Marine de son pays d’accueil qui va permettre au jeune Hyman RICKOVER de connaître enfin l’ascension et la reconnaissance sociale. Reçu au concours d’entrée de l’Académie navale d’Annapolis à l’âge de 19 ans, RICKOVER entame une carrière d’officier mécanicien dans l’US Navy. Il exerce son premier grand commandement juste avant le déclenchement du conflit, en 1937. La Deuxième Guerre mondiale l’oriente vers les spécialités électriques à bord des bâtiments de la Flotte, et il est rapidement intégré au projet Manhattan qui est le programme de recherche nucléaire américain. C’est avec cette expérience que RICKOVER, parvient au sommet de la hiérarchie de la Marine, et qu’il fait aboutir le projet du sous-marin Nautilus au plus fort de la Guerre froide. Si l’homme a aussi permis l’élaboration du premier programme nucléaire civil américain, il reste considéré comme le père de la marine atomique des États-Unis.

  1. Le premier Sous-marin Nucléaire Lanceur d’Engins (SNLE) de l’histoire est le USS George Washington (SSBN 598) - lancé en 1959 -, qui réalise son premier tir balistique le 20 juillet 1960 avec un UGM-27 A1 Polaris.

__________

Bibliographie

  • CAMUS (David) et SHELDON-DUPLEIX (Alexandre), Les sous-marins. Fantômes des profondeurs, Gallimard, 2006, 128 p.
  • MATHEY (Jean-Marie) et SHELDON-DUPLAIX (Alexandre), Histoire des sous-marins. Des origines à nos jours, ETAI, 2018, 224 p.

 

Anchors aweigh

 

Le 21 janvier 1954, l’US Navy lance le premier sous-marin atomique de l’histoire : le USS Nautilus. Par atomique, il faut comprendre le premier submersible à propulsion nucléaire, non le premier submersible équipé de missiles nucléaires (1).

La propulsion nucléaire révolution le transport maritime et, plus particulièrement, la guerre sous-marine. En effet, la grande faiblesse des sous-marins durant la Deuxième Guerre mondiale était leur autonomie limitée en plongée. Le sous-marin de type VII - qui fut le bâtiment principal de combat de la Kriegsmarine – devait refaire surface au bout de quelques heures afin de recharger ses batteries diesel. L’équipement d’un Schnorchel permit ce rechargement en plongée, mais il fallut attendre la fin de l’année 1943 pour commencer à voir le système se diffuser dans l’U-Bootwaffe. Par ailleurs, le système Schnorchel ne pouvait être utilisé qu’en immersion périscopique, ce qui rendait le sous-marin détectable et vulnérable car encore trop proche de la surface. Autre problème, lorsqu’ils étaient en plongée, les sous-marins classiques devaient sensiblement réduire leur vitesse de navigation, aux alentours de 7/8 noeuds.

Avec la propulsion nucléaire, le USS Nautilus va dorénavant ouvrir de nouveaux horizons à la navigation sous-marine. En un peu plus de trois jours, il franchit 2000 km en immersion. Il traverse la calotte glaciaire arctique sans refaire surface, et est capable de maintenir une vitesse de 16 noeuds en immersion durant une heure, soit la vitesse maximale d’un U-Boat type VII mais en surface. Un record !

L’homme qui se trouve derrière ce succès technologique est le Contre-amiral Hyman George RICKOVER (1900-1986). RICKOVER – qui finira sa carrière comme Amiral – est né en URSS dans une famille juive qui émigre aux États-Unis en 1906. Les premiers temps sont difficiles pour la famille qui vit dans un ghetto de New-York, mais finit par en sortir pour s’installer dans un quartier plus aisé de Chicago. Il faut cependant travailler dur tout en poursuivant les études secondaires.

C’est la Marine de son pays d’accueil qui va permettre au jeune Hyman RICKOVER de connaître enfin l’ascension et la reconnaissance sociale. Reçu au concours d’entrée de l’Académie navale d’Annapolis à l’âge de 19 ans, RICKOVER entame une carrière d’officier mécanicien dans l’US Navy. Il exerce son premier grand commandement juste avant le déclenchement du conflit, en 1937. La Deuxième Guerre mondiale l’oriente vers les spécialités électriques à bord des bâtiments de la Flotte, et il est rapidement intégré au projet Manhattan qui est le programme de recherche nucléaire américain. C’est avec cette expérience que RICKOVER, parvient au sommet de la hiérarchie de la Marine, et qu’il fait aboutir le projet du sous-marin Nautilus au plus fort de la Guerre froide. Si l’homme a aussi permis l’élaboration du premier programme nucléaire civil américain, il reste considéré comme le père de la marine atomique des États-Unis.

  1. Le premier Sous-marin Nucléaire Lanceur d’Engins (SNLE) de l’histoire est le USS George Washington (SSBN 598) - lancé en 1959 -, qui réalise son premier tir balistique le 20 juillet 1960 avec un UGM-27 A1 Polaris.

__________

Bibliographie

  • CAMUS (David) et SHELDON-DUPLEIX (Alexandre), Les sous-marins. Fantômes des profondeurs, Gallimard, 2006, 128 p.
  • MATHEY (Jean-Marie) et SHELDON-DUPLAIX (Alexandre), Histoire des sous-marins. Des origines à nos jours, ETAI, 2018, 224 p.

 

Anchors aweigh

​A


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Garde nationale


Réserve citoyenne


CAJ


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2018 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60