Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Naissance du drapeau tricolore (1794)
Article mis en ligne le 16 décembre 2017
dernière modification le 2 janvier 2018

par Nghia NGUYEN

 

Jusqu’à l’époque moderne la représentation de l’autorité souveraine (le Roi, l’État, la Nation) demeure dans une période proto-vexillologique. Certes, le Moyen-Âge connaît l’Oriflamme de Saint-Denis qui identifie le Roi de France à la tête de l’Ost, et le drapeau blanc (1) s’impose à partir du XVIe siècle pour représenter la Monarchie. C’est cependant l’héraldique – la science du blason – qui décrit dans un premier temps les symboles de l’autorité. D’abord sur les écus puis sur les frontons des demeures royales et aristocratiques, les bâtiments de la Royale… Avec l’armée permanente, les régiments royaux adoptent chacun un drapeau et jusqu’à la Révolution française il n’y a pas de drapeau français en tant que tel.

C’est la Convention qui institue le drapeau tricolore dit « deux tiers » (2) à bandes verticales par décret du 27 pluviôse an II (15 février 1794). Symbole de la jeune République française, le nouveau drapeau remplace tous les drapeaux existants : drapeaux régimentaires et, bien évidemment, le drapeau de la Monarchie. La signification des trois couleurs - dont le choix est attribué par la tradition au peintre Jacques-Louis DAVID (1748-1825) - est encore discutée. Couleurs de la Ville de Paris pour le bleu et le rouge, blanc pour la Monarchie, bleu pour la Garde nationale, rouge pour la Révolution…

La « question du drapeau » (1873)

À l’exception des deux périodes de Restauration (1814-1815 et 1815-1830), le drapeau tricolore reste accepté comme le drapeau officiel dans une France encore majoritairement royaliste, ce jusque dans les années 1870. Il va cependant constituer une pierre d’achoppement entre les deux familles monarchistes, faisant sortir la Royauté de l’Histoire au profit d’une République qui, du coup, se réinstalle par la petite porte.

Les royalistes sont, en effet, profondément divisés quant à l’orientation à donner au futur régime dont beaucoup pensent (et souhaitent) qu’il sera monarchiste au lendemain de l’abdication de Napoléon III. Les Orléanistes désireux de réaliser une synthèse entre la Monarchie et la Révolution, sont partisans d’une monarchie constitutionnelle. Les Légitimistes rassemblés autour de Henri, Comte de Chambord (1820-1883), veulent un retour à la Monarchie d’Ancien régime. La division aurait pu, in fine, être surmontée sans l’entêtement du Comte de Chambord à vouloir faire de la question du drapeau une question de principe. Le refus des Orléanistes à substituer le drapeau tricolore au drapeau blanc de l’ancienne monarchie amène les députés, le 20 novembre 1873, à reconduire à la présidence Patrice de Mac MAHON (1808-1893) écartant de fait le Comte de Chambord du pouvoir.

  1. En fait un semi de fleurs de lys d’or sur champ d’argent.
  2. Les « deux tiers » renvoient aux proportions réglementaires du nouveau drapeau avec deux pour la hauteur et trois pour la longueur.

__________

Bibliographie

  • PASTOUREAU (Michel), Les emblèmes français, Éditions Christine Bonneton, 1997, 223 p.


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Réserve citoyenne


CAJ


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2018 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60