Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Midway (2019)
Article mis en ligne le 5 novembre 2019
dernière modification le 1er janvier 2020

par Nghia NGUYEN

La bataille de Midway s’invite pour une deuxième fois au cinéma avec le nouveau film de Roland EMMERICH qui sort ce mois-ci.

Avec Midway, le réalisateur, entre autres, d’Independence Day (1996 et 2016), de Godzilla (1998) et de The Patriot (2000), s’essaye à la Deuxième Guerre mondiale avec une bataille devenue emblématique pour l’US Navy, quand bien même l’Histoire nous montre que le coup d’arrêt porté à l’expansion japonaise ne peut se résumer à cette seule confrontation dans le Pacifique centre (1).

Tourné telle une fresque et à grand renfort d’effets spéciaux, le film reprend la narration historique à partir de l’attaque japonaise de Pearl Harbor (7 décembre 1941) contrairement au premier film de Jack SMIGHT sur le sujet qui ne se consacrait qu’à la bataille en elle-même au lendemain de l’affrontement dans la Mer de Corail (2). La perspective de Midway est donc élargie au raid sur les îles Marshall et Gilbert (février 1942), au raid du Lieutenant-colonel James H. DOOLITTLE sur Tokyo (avril 1942), à la bataille de la Mer de Corail (mai 1942), et, in fine, à la maturation du plan japonais contre Midway. Des aspects importants dans le fil des évènements sont abordés, notamment la réparation en un temps record du porte-avions USS Yorktown CV-5 gravement endommagé dans la Mer de Corail. Loin d’être anecdotique, cet épisode nous montre les ateliers de Pearl Harbor réparer en 72.00 un bâtiment majeur donné pour coulé par les Japonais. Il devait ainsi créer la surprise tactique à Midway en permettant un ordre de bataille pour l’US Navy de 3 et non de 2 porte-avions. Surtout, la bataille du renseignement que mènent les Américains traverse tout le scénario avec l’hommage rendu aux actions d’Edwin T. LAYTON (1903-1984) et de Joseph J. ROCHEFORT (1900-1976).

On regrettera cependant la dédicace faite par le réalisateur « aux pilotes américains et japonais » ayant participé à la bataille, car le film de Roland EMMERICH ne met en valeur que les pilotes et le commandement américains contrairement à celui de Jack SMIGHT. L’attaque japonaise de l’atoll de Midway n’est pas une scène forte de son film, et la destruction du USS Yorktown (par bombardement et torpillage) n’apparaît qu’en ellipse. Le torpillage du destroyer USS Hammann par le sous-marin japonais I-168 a aussi été évacué du scénario. Midway reste un film très américano-centré soutenu par l’idée de revanche sur l’attaque du 7 décembre 1941.

__________

  1. Cf. BERNARD (Nicolas), La Guerre du Pacifique 1941-1945, Tallandier, 2016, 512 p. C’est surtout la bataille de Guadalcanal (août 1942-février 1943), dans les îles Salomon, qui devait marquer la perte de l’initiative stratégique pour le Japon.
  2. Cf. SMIGHT (Jack), La bataille de Midway, 1976.
  3. Cf. Dans Midway, le premier est incarné par l’acteur Patrick WILSON et le second par Brennan BROWN.

 


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Garde nationale


Réserve citoyenne


CAJ


CAJ


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2020 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60