Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Les forces spéciales

Une exposition du Musée de l’Armée du 12 octobre 2022 au 29 janvier 2023.

Article mis en ligne le 3 novembre 2022

par Nghia NGUYEN

Triés sur le volet, surentraînés et suréquipés, les membres des forces spéciales font partie de ces combattants que le mythe précède. La littérature comme le cinéma y est pour beaucoup mais c’est avant tout la réalité exceptionnelle de leur sélection, de leur entraînement et de leurs missions qui fonde une réputation non usurpée.

Le mythe qui entoure les soldats de ces unités d’élite est d’autant plus fort que les forces spéciales cultivent la discrétion et le secret. Engagées dans la profondeur d’un dispositif hostile, elles ne peuvent compter que sur elles-mêmes d’où leur très haut niveau d’entraînement et de savoir-faire. La règle est la furtivité car en cas d’accrochage et de repérage, une unité de forces spéciales est très rapidement menacée d’encerclement et de destruction. Leur faible nombre, leur éloignement de tout, la nature même de leurs missions font que, paradoxalement, elles demeurent particulièrement vulnérables sans soutien immédiat. Les missions sont nombreuses mais on en parle peu sauf lorsqu’une opération tourne mal et que les médias s’en emparent.

Le mythe est aussi à relativiser dans la mesure où l’excellence de ces unités ne pourra jamais se substituer à une armée régulière. Une armée de forces spéciales ne serait qu’une armée d’échantillons dont la valeur ajoutée et les standards – si poussés soient-ils – ne pourraient permettre d’affronter une guerre de haute intensité. Les OPEX post-Guerre froide ont, par ailleurs, montré que - même dans un contexte asymétrique - les forces spéciales étaient insuffisantes en soi et que leurs engagements s’inscrivaient dans un environnement interarmées permanent et lourd.

 

 

Héritières des unités commandos (notamment britanniques) de la Deuxième Guerre mondiale, les forces spéciales françaises appartiennent aux trois armées - Terre, Marine, Air et Espace (1) -, mais elles sont regroupées sous un même commandement interarmées : le Commandement des Opérations Spéciales (COS). C’est à l’occasion du 30e anniversaire du COS que le Musée de l’Armée vient d’ouvrir une exposition sur les unités des forces spéciales françaises (2). Tout en restant centrée sur les opérations contemporaines dans lesquelles furent engagés ces soldats d’exception, l’exposition s’inscrit dans une trame historique faisant remonter le concept des forces spéciales à l’Antiquité : coups de main, expéditions hors du commun, actions commandos aux limites de l’impossible... L’Histoire résonne de faits d’armes attachés aux exploits de petites troupes déterminées se détachant des troupes régulières et de leur emploi. On trouvera de belles présentations de tenues, d’armements et de matériels dont celle d’un drone de 10 cm seulement : un Black Hornet Nano 2 prêté par le 13e RDP. Cependant, le thème le plus intéressant sera, sans aucun doute, la présentation d’une task force d’opération spéciale avec sa chaîne de commandement et son organisation.

En fil directeur, on remarquera tout au long du parcours une représentation des forces spéciales à travers le cinéma. Notamment avec la projection d’extraits de films dont beaucoup furent des succès auprès du grand public. La disproportion des productions cinématographiques dira, néanmoins, les différences d’approches culturelles qui ont pu contribuer à la fabrication du mythe et à l’héroïsation des forces spéciales. Si Capitaine Conan de Bertrand TAVERNIER (1996) et Forces spéciales de Stéphane RYBOJAD (2011) ne pouvaient manquer à l’appel, c’est évidemment le cinéma hollywoodien qui se taille la part du lion. C’est essentiellement dans le monde anglo-saxon qu’a ainsi été forgée cette image de soldats hors du commun, appuyés par une organisation logistique et technologique inégalée.

_______________

  1. Cf. Par extension, on pourra également considérer les unités spéciales des forces de sûreté intérieure comme le GIGN et le RAID dont les missions ne se situent pas sur le même spectre. Des missions communes peuvent cependant exister comme la libération d’otages par exemple.
  2. Cf. L’exposition est ouverte du 12 octobre 2022 au 29 janvier 2023.

 

Forum
Répondre à cet article

En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Garde nationale


Réserve citoyenne


CAJ


CAJ


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2022 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60