Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site

Sous la pression des attaques terroristes des années 2015/2016, le Gouvernement a décidé de renforcer l’Éducation à la Défense à tous les étages du système éducatif.

Les enseignants du primaire, du secondaire mais aussi du supérieur sont donc invités à prendre rapidement connaissance du dernier protocole interministériel - « Développer les liens entre la jeunesse, la Défense et la sécurité nationale » - promulgué le 20 mai 2016 (BOEN n° 26), et suivi d’une circulaire d’application (BOEN n° 43) en date du 22 novembre 2016 (1).

Ce nouveau protocole établi par les Ministères de la Défense, de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche et de l’Agriculture, réalise et élargit une synthèse des précédents protocoles et partenariat. Il ne pourra mieux dire combien l’École est plus que jamais actrice de l’Éducation à la Défense, mais qu’elle est également une cible clairement désignée du terrorisme. À ce titre, trois exercices annuels sur le thème de l’intrusion armée ont été imposés dans le Plan Particulier de Mise en Sûreté (PPMS) de tous les écoles, collèges et lycées à partir de la rentrée 2016.

Il est à noter que le nouveau protocole insiste sur la formation des professeurs aux problématiques de défense et de sécurité (2).

__________

  1. Voir aussi les « Textes réglementaires ».
  2.  Cf. La fiche mode d’action I4 : «  La formation des enseignants  ».


Le 7e numéro du magazine de propagande de l’État islamique, Dar al-Islâm, appelle à s’en prendre à l’Éducation nationale au lendemain des attentats de Paris (novembre 2015)

 

63 600 établissements scolaires

Les établissements scolaires font partie des 6 catégories de cibles définies par le Gouvernement à partir de décembre 2015, consécutivement aux tueries de masse de Paris (attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan). Avec les médias, les centres commerciaux, les gares de transport, les lieux de culte et les bâtiments officiels, les 63 600 écoles, collèges et lycées sont désormais considérés comme des objectifs potentiels pouvant intéresser les terroristes islamistes. À ces derniers, l’action de tueurs schizophrènes (et non "fous") n’est pas non plus exclue.

Les motivations pouvant faire d’un établissement scolaire le lieu d’une tuerie de masse sont malheureusement multiples et ne relèvent pas de scenarii abstraits. Il existe des précédents, certes surtout aux États-Unis, mais il faut nous rendre à l’évidence sous peine de ne pouvoir anticiper un massacre. En effet, il existe aujourd’hui des constats objectifs qui posent la question « quand cela se produira-t-il ? » plutôt que « est-ce que cela se produira-t-il un jour ? »

Le premier constat est d’abord celui du nombre important d’établissements scolaires, qu’ils soient du premier ou du deuxième degré. Ce nombre et leur dissémination sur tout le territoire empêche d’emblée toute sécurisation active et permanente dans l’état actuel des moyens de la sûreté intérieure. La sécurisation ne peut donc être que passive en interne (filtrage, veille, télésurveillance…) ou, en externe, du fait d’équipes mobiles dont la présence et le passage restent aléatoires (1).

À cela, s’ajoute un deuxième constat : l’extrême diversité des sites scolaires. Leur superficie, l’architecture des bâtiments, leur configuration extérieure comme intérieure, le nombre de personnes (adultes/élèves) que l’on y trouve, l’environnement immédiat (centre-ville, milieu urbanisé ou rural), sont autant de caractéristiques qui peuvent s’avérer très différentes d’un établissement à un autre sur une même commune. Il ne peut donc y avoir que des Plans Particuliers de Mise en Sûreté (PPMS), et un groupe d’intervention devra rapidement intégrer dans sa Méthode de Raisonnement Tactique (MRT) les caractéristiques des écoles, collèges et lycées de son secteur. La connaissance des lieux à l’échelle locale la plus fine conditionnera la rapidité et l’efficacité de toute intervention.

13 000 000 d’écoliers, de collégiens et de lycéens

Le troisième constat touche à la nature même de l’objectif. Les établissements scolaires concentrent durant la plus grande partie de la semaine un nombre élevé de cibles potentielles à des heures régulières. Les populations scolaires sont normalement encadrées dans une enceinte fermée, souvent constituée de grilles et de grillages, dont l’expérience montre que l’accès reste relativement aisé. La convergence de ces deux facteurs que sont la concentration et l’enfermement sont en soi des préalables à une tuerie de masse.

La question du transport scolaire doit être aussi intégrée à cette analyse, car la concentration des effectifs scolaires se fait également en-dehors des établissements avant et après les cours. Durant les jours ouvrables des milliers d’élèves de tous âges empruntent des cars scolaires matins et soirs à des heures fixes. En zones rurales, ces cars scolaires peuvent utiliser de longs trajets, souvent sur des itinéraires peu fréquentés pouvant très bien faire l’objet d’une attaque, d’une interception ou d’une prise d’otages.

Des cibles à haute valeur symbolique

Le quatrième constat est celui de la nature cette fois symbolique d’une attaque à l’encontre de la population scolaire. Au-delà du massacre en lui-même, le symbole qu’il représenterait serait de loin bien plus important du fait des conséquences traumatiques infligées à la société. L’attaque de l’école juive Ozar Hatorah par Mohamed MERAH, le 15 mars 2012, fut un précédent sans en être véritablement un, car le massacre ne visait que la communauté juive. Si demain, une école, un collège ou un lycée public était pris pour cible, c’est l’ensemble de la société - et toutes les familles scolarisées du pays - qui se sentirait concerné. Il est même permis de penser que le traumatisme serait d’autant plus violent que les victimes seraient jeunes. L’attaque d’une école maternelle ou primaire n’aurait ni les mêmes conséquences (incapacité des élèves à fuir ou à se défendre) ni exactement le même retentissement médiatique que l’attaque d’un lycée. Il se pourrait même qu’un seuil de rupture psychologique soit atteint dans ce cas de figure.

La sensibilité médiatique d’une telle attaque serait immédiate, et ses répercussions seraient – dans l’heure qui suit - tout aussi immédiatement nationales si ce n’est internationales. Pour cela point besoin de frapper au centre de Paris. Une école isolée de province pourrait suffire et ce n’est pas ce qui manque. Dans une autre configuration d’action terroriste, sans que le principe ne diffère pour autant, l’attaque de Radouane LAKDIM (23 mars 2018) a bien montré qu’une petite ville provinciale de moins de 6000 habitants pouvait très bien faire l’objet d’une tuerie à fort retentissement.

L’autre dimension symbolique à ne pas négliger non plus, est qu’un établissement scolaire public reste, par essence, la représentation même de l’idée laïque haïe par les islamistes. Comment oublier qu’au lendemain des attentats de Paris de novembre 2015, l’État islamique avait incité les élèves musulmans à déserter les écoles françaises comme il avait aussi appelé à tuer les professeurs « mécréants » enseignant la Laïcité ? (2)

Les vulnérabilités de la communauté éducative

À ces constats objectifs il faut en ajouter un autre tout aussi fondamental qui - dans l’état actuel de la situation - ne pourrait qu’amplifier une éventuelle tuerie de masse dans un établissement scolaire. Car s’il est une institution qui se devrait d’être la matrice de l’Esprit de défense, c’est bien l’École qui paradoxalement à elle-même si bien abandonné son devoir de défense. De nos jours, tout est à construire en termes de culture de défense dans les établissements scolaires, et s’il fallait souligner l’impréparation – pour ne pas dire l’inconséquence si ce n’est l’inconscience - des communautés scolaires et éducatives face à la menace des tueries de masse, les exemples ne manqueraient malheureusement pas.

Il suffit pour cela d’observer l’absence de rigueur, de discipline, voire de sérieux, avec lequel les élèves, de manière générale, se prêtent aux exercices de sécurité. Combien d’entre eux savent se déplacer en silence, rapidement et en ordre dans les couloirs ? Combien savent faciliter l’appel de leurs professeurs sur leurs lieux de regroupement sans se mélanger avec d’autres élèves d’autres classes ? Combien savent réellement qui sont les personnes référentes en cas de crise ? Combien ont vraiment appris les gestes de premiers secours et savent où se situent la mallette d’urgence ou les défibrillateurs ? Combien ont tout simplement reçu une culture de défense ?

Jusqu’en 2016, la sécurité concernait essentiellement des Exercices Prévention d’Incendies (EPI) ou des Exercices Prévention des Risques (EPR). Ces exercices nécessitent déjà en soi un certain nombre de réflexes, sachant que les conduites à tenir et les lieux de rassemblement ne sont pas les mêmes selon que l’on doit réagir à un incendie ou à un confinement. Depuis 2016 est venu se greffer aux EPI et EPR un nouvel exercice obligatoire : l’alerte attentat/intrusion armée. 13 000 000 d’élèves de tous âges sont ainsi passés de la posture du risque à celle de la menace avec un exercice de loin plus anxiogène car plus imprévisible et plus complexe à mettre en œuvre.

Des années passées en collèges et en lycées amènent invariablement au même constat : l’absence d’une culture de défense au sein de la communauté éducative. Dans leur ensemble, les professeurs sont indifférents à cette culture comme à sa transmission, et ils n’en perçoivent ni l’importance ni l’urgente nécessité. Trop peu sensibilisés durant leur carrière, ils sont dans leur grande majorité quasi ignorants des enjeux de défense. Pire, une partie de la communauté éducative professe ouvertement son hostilité à toute introduction d’une culture de défense dans les écoles. Une posture essentiellement idéologique, héritière du sentiment anti-autorité et anti-armée des années 1960-1980, qui n’est pas non plus sans ramifications avec ce que l’on appelle désormais de nos jours l’islamo-gauchisme.

Quand on parcourt le « Plan de sécurité des écoles, des collèges et des lycées » (3), il est symptomatique de constater que sur les cinq niveaux d’action définis par le Ministère de l’Éducation nationale pour prévenir et faire face à une crise - les rectorats, les préfectures, les directions départementales de l’EN, les brigades de gendarmerie et les commissariats de police, les établissements scolaires –, toutes prévoient une cellule dédiée, un état-major ou, a minima, un référent sur la question à l’exception des seuls principaux intéressés : les établissements scolaires. Alors que ces derniers sont dans le même temps définis comme les objectifs potentiels du terrorisme islamiste ; alors que le constat de leur situation impose plus que jamais une souplesse opérationnelle ainsi qu’une importante marge d’initiative locale, il n’est même pas officiellement formalisée une structure spécifique, pas même un référent sécurité attentat par établissement.

Comme d’habitude tout est laissé à des directions d’établissement plus ou moins éclairées, psychologiquement inhibées, constamment contraintes administrativement, toujours débordées par les missions les plus diverses où, finalement, l’exercice attentat/intrusion n’est qu’une formalité administrative parmi d’autres. Dans ce contexte, qui pourrait reprocher quoi que ce soit à des élèves, qui ne sont, in fine, que le produit des démissions de la communauté éducative elle-même à l’endroit d’enjeux de sécurité devenus aujourd’hui des enjeux de sûreté ? Des enjeux pourtant hautement civiques.

 

 

Propositions

On l’aura compris, la situation reste particulièrement grave et dangereuse, ne laissant à espérer que la schizophrénie institutionnelle quasi systémique n’amplifie - on ne saurait malheureusement comment - une catastrophe à court, moyen ou long terme. Qu’il nous faille attendre un sanglant RETEX pour mettre en place des solutions de bons sens, pourtant faciles à mettre en œuvre pour peu qu’un certain esprit d’initiative soit accepté. Il existe, certes, un encadrement interministériel sur la sécurisation et la gestion de crise dans les établissements scolaires depuis 2017 (cf. infra), mais il ne se traduit pas par une véritable prise de conscience ni par une mobilisation efficace à l’échelle des communautés d’établissements à l’exception peut-être de certaines écoles et de certains collèges et lycées situés dans des secteurs particulièrement sensibles.

Si l’on reprend la terminologie des spécialistes de la sûreté anti-terroriste, les établissements scolaires combinent à la fois les caractéristiques des cibles dites « dures » et des cibles dites « molles ». Les premières sont symboliques et permettent de faire de nombreuses victimes : une église lors d’une messe importante pour la communauté chrétienne par exemple. Les secondes sont impossibles à défendre totalement du fait de leur nombre et de leur dispersion sur tout le territoire. Si l’on compte en effet 45 000 églises en France, elles ne sont pas en revanche toutes occupées ni fréquentées par les foules quotidiennement. Si l’on prend l’exemple des centres commerciaux et des supermarchés - impossibles à protéger du fait de leur grand nombre également, et bien plus fréquentés que les églises -, leur dimension symbolique est en revanche beaucoup moins importante.

On comprendra d’emblée la problématique pour les établissements scolaires. En cas d’attaque d’une école par un ou plusieurs individus armés et déterminés, personnels et élèves ne pourront tous être protégés ni sauvés qui plus est lorsque l’on sait que le ou les assaillant(s) bénéficieront toujours de l’effet de surprise. L’équation portera donc sur le fait de savoir comment faire pour qu’une telle attaque ne fasse, par exemple, que trois morts au lieu de dix voire davantage.

Il ne s’agit pas de transformer le réseau des établissements en une nouvelle Ligne Maginot, mais de bien prendre en compte le fait que leur défense sera la combinaison à la fois d’un dispositif statique de fait et d’un dispositif mobile, à savoir l’action des premières unités d’intervention dans un délai théorique de 20 minutes. Encore faudrait-il pouvoir donner ce temps (voire bien plus) aux unités primo-intervenantes en renforçant le dispositif statique c’est-à-dire les établissements. Si l’on s’en tient à ce qui revient dans tous les RETEX de crises et de catastrophes, à savoir que c’est le mental qui conditionne la capacité à survivre de l’individu comme du groupe, ce renforcement pourra (et devra) s’opérer en préparant les esprits à l’inévitable effet de surprise et en donnant aux communautés scolaires un certain nombre de moyens de parade. Partant deux grands objectifs préparatoires stratégiques pourront être proposés :

  • Un objectif de court terme - Dans chaque établissement, mettre sur pied une structure permanente entièrement dédiée à ce type de crise. Cette structure dont le format peut varier selon la taille et les effectifs des établissements sera en charge d’élaborer et d’organiser les mesures de protection spécifiques à chaque site scolaire. Il s’agit de créer un état-major local capable d’organiser en interne et de communiquer en externe avec les services de sûreté et de sécurité.
  • Un objectif de moyen et long terme – En installant une sensibilisation et un entraînement pérennes face à ce type de crise, il s’agit de faire naître une véritable culture de défense dans tous les établissements scolaires qu’ils soient écoles, collèges ou lycées. Cette culture de défense s’intègrera naturellement dans l’Éducation à la défense, et en impliquant les familles au-delà des seuls élèves elle travaillera concrètement à la résilience et à l’Esprit de défense.

De ces objectifs on pourra déduire un certain nombre de pistes de réflexion et d’axes de travail dont le détail pourra être téléchargé :

La sensibilisation et la formation des personnes à tous les échelons de l’établissement : de la direction jusqu’aux élèves. Cette première étape est la condition sine qua non de la mise en défense de l’établissement. Il ne peut y avoir de défense s’il n’y a pas une conscience de la menace. Cette sensibilisation nécessite une posture anticipatrice (4) qui accepte, de fait, la probabilité d’une attaque, en refuse le déni sous prétexte d’un discours soi-disant « anxiogène » (5), et ne se contente plus de dispositifs passifs destinés à la gestion émotionnelle d’un attentat.

Définir les missions de la structure de crise sur deux modes : la prévention et l’action. La prévention consistera en une veille active en amont de la crise ; recherche et mutualisation d’informations sur ce qui se fait dans les autres établissements, dans les entreprises, dans les autres ministères ; contacts avec les acteurs locaux de la Défense (Gendarmerie, polices nationale et municipale, correspondant Défense…) ; élaboration d’une stratégie locale à partir d’un constat des vulnérabilités de l’établissement. Le volet action consistera en la mise en pratique de cette stratégie à travers l’application de mesures préparatoires (création de sanctuaires permanents par exemple) et d’exercices concrets.

Établir une préparation opérationnelle partant du principe que les actes réflexes ne peuvent s’improviser, et doivent faire l’objet d’un apprentissage préalable systématique. Le jour de la crise, il sera trop tard. Un exercice pourra donc être décomposé en deux phases d’apprentissage. Dans un premier temps avec le professeur et sa classe (écoles maternelles et primaires) ou par niveaux de scolarité en collèges/lycées (6e, 5e, 2nde…), pour ensuite être joué à l’échelle de l’établissement (toutes classes et niveaux confondus). Il est important que ce cycle opérationnel fasse intervenir des observateurs extérieurs sur les deux phases afin d’enrichir les RETEX : gendarmes, policiers, réservistes citoyens militaires.
__________

  1. Ce qui est aussi une tactique.
  2. Cf. « Ô vous qui avez cru ! Préservez vos personnes et vos familles d’un Feu », Dar Al-Islâm, « La France à genoux », n° 7, 30 novembre 2015, pp. 12-17. Dar Al-Islâm était le magazine francophone de l’État islamique, publié par son service médiatique Al-Hayat. Le magazine était diffusé sur Twitter en version pdf.
  3. Cf. Eduscol [en ligne]. Ministère de l’Éducation nationale [consulté le 31 mars 2018]. « Consignes de sécurité applicables dans les établissements relevant du ministère de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ». Disponible sur http://www.education.gouv.fr/cid85267/consignes-de-securite-applicables-dans-les-etablissements-relevant-du-ministere.html
  4. D’aucuns diraient de manière inexacte « proactif ».
  5. Il sera rappelé, non inutilement, que ce n’est pas celui qui explique le terrorisme islamiste et ses intentions qui est en soi anxiogène, mais la réalité dudit terrorisme telle que l’actualité nous la renvoie.

​__________

Cadres et dispositifs existants


LE DERNIER JOURNAL DE MAI

 

Émission du 19 mai 2024 - Opérations amphibies : des forces toujours en alerte

Thèmes - Marine nationale, Armée de Terre, combat interarmées

 

 

Émission du 30 mai 2023 - Rencontres avec les experts de la DGA

Thèmes - DGA

 

Émission du 30 mai 2022 - Sur les traces du guerrier

Thèmes - Armée de l’Air et de l’Espace, Service de Santé des Armées, Armée de Terre, Marine nationale

  • École de l’Air
  • Département de médecine aéronautique (Mont-de-Marsan)
  • Centre d’Entraînement au Combat et d’Aguerrissement au Désert CECAD)
  • La "voie de l’inconscient"
  • École de navigation sous-marine (Toulon)​

 

Émission du 9 mai 2022 - Le transport aérien militaire : des renforts entre terre et ciel

Thèmes - Armée de l’Air et de l’Espace, logistique, Armée de Terre

 

Émission du 25 mai 2021 - Maîtriser l’espace, le nouveau défi des armées

Thèmes - DGA, Armée de l’Air et de l’Espace, DRM

 

Émission du 3 mai 2021 - Armement : 60 ans de programme

Thèmes - DGA, innovation, dissuasion nucléaire

  • DGA 1961-2021
  • Le centre DGA Techniques hydrodynamiques de Val-de-Reuil (DGA-TH)
  • Le porte-avions nouvelle génération (PANG)
  • La dissuasion nucléaire
  • La transversalité technique
  • Un modèle d’armée complet
  • L’avion de combat Rafale
  • La réponse aux armées : le processus urgence-opération
  • Le VBCI
  • Le programme Scorpion
  • Le centre DGA Techniques terrestres (antenne d’Angers)
  • Le Serval

 

Émission du 19 mai 2019 - La gestion de la fatigue en opération

Thèmes - Médecine militaire, TOP

* Lire aussi MASCRET (Damien), "Comment l’armée veille au sommeil des soldats", in Le Figaro, 24 jnavier 2018.

 

Émission du 15 mai 2018 - Des experts au service du combattant

Thèmes - Commissariat des Armées, soutien, industries de défense, marchés de la défense

 

Émission du 13 mai 2017 - Sauvetage en mer, unis pour sauver

Thèmes - Sécurité civile, action de l’État en mer, Marine nationale, Armée de l’Air

 

Émission du 14 mai 2016 - Verdun les artisans de la Mémoire

Thèmes - Histoire militaire, Mémoire

Émission du 11 mai 2015 - Les relations entre le cinéma et les armées

Thèmes - Histoire militaire, art, culture

 

1/16 Lire la suite
Les jeunes, l’engagement militaire et la guerre

Sociologue et directrice déléguée du CEVIPOF/Sciences Po, Anne MUXEL est une spécialiste de la jeunesse française et de ses évolutions contemporaines. Dans une étude réalisée pour l’IRSEM (1), elle s’intéresse au rapport des 18-25 ans à la guerre et à l’engagement militaire dans le contexte international mais aussi national actuel. Les principaux points révélés par son étude sont les suivants :

  • Les dispositions des jeunes à l’engagement militaire sont réelles en cas de mobilisation dans un conflit de haute intensité.
  • Les jeunes ne se sentent pas coupés de l’Armée nonobstant l’absence de service militaire mais ce lien emprunte différents chemins (famille, école, univers cinématographique et des jeux).
  • Ils ont une perception collective pessimiste de l’avenir dans laquelle la menace d’une guerre reste identifiée quand bien même les enjeux écologiques leur paraissent plus forts.
  • La Deuxième Guerre mondiale reste, pour...
2/16 Lire la suite
La commémoration du 8 mai 2024

Pour la commémoration du 79e anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre mondiale en Europe, Antoine, Nathan, Mathéo, Alexandre, Matis, Philippe, et Maxime étaient présents ce matin sur la place du monument aux morts de Cognac. ils représentaient le Lycée Jean Monnet ainsi que sa classe défense : la C-DEF AP2D Antoine de Saint-Exupéry.

L’année 2024 est aussi celle du 80e anniversaire de la disparition d’Antoine de Saint-Exupéry, célèbre écrivain mais également pilote ayant appartenu au 2/33 Savoie. C’est donc en hommage à son plus célèbre aviateur que la BA 709 expose, à l’occasion de cette comémoration, un Socata TB-30 Epsilon peint aux couleurs du Petit Prince. L’avion a été installé le mardi 7 sur la Place François Ier, et devrait y rester jusqu’au mois de juillet.

Comme le 2/33 Savoie est aussi l’unité marraine de la C-DEF AP2D, cette commémoration du 8 mai fut aussi une occasion pour la classe défense de rendre un hommage à celui...

3/16 Lire la suite
Concert de la Musique des Forces Aériennes

 

Chaque année, l’Armée de l’Air et de l’Espace (AAE) organise un concert caritatif au profit de la Fondation des Œuvres Sociales de l’Air (FOSA). Cette manifestation permet de recueillir des dons qui permettront de venir en aide aux militaires de l’AAE blessés au cours de leurs missions. Ces dons sont aussi destinés à soutenir les familles endeuillées par la mort d’un proche qui servait dans l’AAE.

Les formations musicales militaires sont des ambassadrices à part entières de nos armées. Elles participent à leur rayonnement en interprétant avec professionalisme un répertoire particulièrement varié, qui va des marches militaires traditionnelles à la pop music en passant par les musiques de film et la musique classique.

L’AAE dispose de deux formations : la Musique de l’Air et la Musique des Forces Aériennes de Bordeaux. C’est cette dernière qui se produira le mercredi 29 mai 2024 à l’auditorium du Pin Galant de Mérignac...

4/16 Lire la suite
Okinawa. 1945

On lui connaissait déjà une histoire remarquée de La Guerre de Corée, une de La Guerre d’Indochine ainsi que le récit de deux batailles emblématiques : celles de Cao Bang et de Diên Biên Phu. Également auteur d’une biographie sur le Maréchal Jean de LATTRE de TASSIGNY, Ivan CADEAU s’est depuis imposé comme l’un des grands spécialistes français de l’histoire militaire de l’Asie contemporaine. Officier de l’Armée de Terre, docteur en Histoire et chercheur au Service Historique de la Défense (SHD), il vient de publier un nouvel ouvrage relatif au dernier grand affrontement de la Guerre du Pacifique : la bataille d’Okinawa (1).

Île principale d’un archipel plus vaste situé à l’extrémité méridionale du Japon - celui des Ryukyu –, Okinawa est un morceau de terre de 1280 km2 situé à environ 1550 km de Tokyo et sur lequel se trouvent 5 grands aérodromes. Dans leur progression d’îles en îles vers le coeur de l’Empire nippon, les...

5/16 Lire la suite
Le mitznefet

Combattants israéliens dont le casque est recouvert du mitznefet

 

Caractéristique de la silhouette du soldat israélien depuis 1994, le mitznefet (1) désigne une surcoiffe qui vient s’ajouter au casque d’infanterie. Essentiellement fabriqué par la firme israélienne d’équipements tactiques Agilite, il est appelé familièrement « toque de chef » voire « chapeau de clown ».

L’un des problèmes que pose le casque de combat tient en sa forme et aux reflets qui le rendent rapidement repérable sur le champ de bataille, d’où l’apparition d’accessoires tels le filet de camouflage et le couvre-casque en tissu. Durant la Guerre froide, l’Armée française disposait de la fameuse « salade » : un revêtement en matière plastique, vert d’un côté marron de l’autre, troué sur l’ensemble de sa surface afin de pouvoir y accrocher de la végétation ou des bandelettes textiles. Si ces accessoires suppriment les reflets, ils ne cassent pas...

6/16 Lire la suite
La guerre en Ukraine observée par le Génie militaire français

Qu’est-ce que l’Arme du Génie et quelle est son importance sur le champ de bataille terrestre ? Xavier TYTELMAN du magazine Air & Cosmos interroge le Colonel François PERRIER, directeur général de la formation à l’École du Génie et ancien chef de corps du 1er Régiment Étranger de Génie (1er REG).

Chargé de l’appui à la mobilité (franchissement des obstacles, des cours d’eau, contre-minage…), de l’appui à la contre-mobilité (mise en place de systèmes de défense, minage de zones…), de l’appui au déploiement (établissement des axes de communication, protection des postes de commandement et des implantations…), le Génie dont les soldats sont appelés des sapeurs représente, aujourd’hui, 20% de l’Armée de Terre. C’est une Arme indispensable que l’on retrouve dans les trois dimensions du champ de bataille terrestre :

  1. À l’arrière en permettant le déploiement de la logistique (rétablir les routes, ponts, aéroports…)
7/16 Lire la suite
Le Tigre I Ausf E 114 du Musée des blindés de Saumur

Un Tigre I Ausf H reconnaissable au tourelleau surélevé du chef de char et ses lance-grenades fumigènes S-Minen sur l’avant de la tourelle

 

Le Tigre I : un char de combat emblématique

Avec sa silhouette massive et carrée, rendue encore plus agressive par le redoutable canon 8,8 cm KwK 36 L/56 (1), le char Tigre I (Panzerkampfwagen VI Tiger) est devenu l’exemple emblématique des chars lourds de la Deuxième Guerre mondiale et, par extension, le symbole des grandes batailles blindées de ce conflit. Avec un blindage frontal de 10 cm du bas de caisse au mantelet, une optique de tir Zeiss TZF 9b permettant une visée jusqu’à 4000 m et un canon anti-char capable de détruire tous les blindés alliés de son époque, cette réputation n’est nullement usurpée. De la Tunisie aux steppes russes en passant par le bocage normand, le Tigre I fut la terreur des tankistes américains, soviétiques, britanniques, canadiens, français…

Dès la campagne de France...

8/16 Lire la suite
Le cinquième âge de la guerre navale

 

Le problème fondamental des armées est de réussir à penser le prochain conflit qu’elles auront à mener. C’est une préoccupation souvent contrainte par le poids des habitudes du temps de paix, les trop longues parenthèses stratégiques qui peuvent favoriser sclérose et paresse intellectuelles mais aussi des évolutions technologiques inédites que d’aucuns considèreraient trop rapidement comme des révolutions tactiques ou stratégiques en soi.

Renouveler la pensée tactique navale, tel est l’objectif de François-Olivier CORMAN et Thibault LAVERNHE dans ce qui se présente comme un passionnant traité en la matière. Officiers de La Royale, ayant commandé à la mer et poursuivant leur carrière dans la recherche et la prospective (1), les deux auteurs situent leur réflexion dans un changement d’époque qui voit l’émergence de nouvelles puissances navales dont l’agressivité remet en cause à la fois la sécurité collective qui prévalait depuis...

9/16 Lire la suite
Coeurs noirs (2023)

Douze ans après la sortie du film de Stéphane RYBOJAD, les forces spéciales françaises sont à nouveau portées au petit écran avec la série Cœurs noirs de Ziad DOUEIRI. Mini-série de 6 épisodes mis en ligne sur la plateforme Prime Video, Cœurs noirs a été tournée au Maroc. L’histoire est celle du combat de l’unité des forces spéciales 45 contre une unité de l’État islamique (Daesh) : les Cœurs noirs. Elle a pour cadre l’opération Chammal (2014-).

En collaboration avec les forces de sécurité irakienne et les troupes américaines, le groupe 45 opère au nord de l’Irak aux confins de la Syrie. Les opérateurs de ce groupe commandé par Martin (1) sont au nombre d’une petite dizaine. Leur mission est de traquer les djihadistes qui préparent des attentats sur le territoire français.

L’histoire débute avec la capture de Zaïd, un djihadiste français soupçonné d’être en contact avec les cellules ayant préparé les attaques de 2015....

10/16 Lire la suite
1943-2023 : l’Ecole de l’Aviation de Chasse (EAC) a 80 ans

 

 

Dans l’Armée de l’Air, la chasse désigne la spécialité du combat aérien dont l’objectif est l’interception et la destruction des aéronefs ennemis (ballons d’observations, avions, hélicoptères, drones…). Si la réalité de la chasse aérienne s’impose dès la Première Guerre mondiale, doctrine, pilotes et avions appartiennent originellement à l’Armée de Terre. Il faut attendre l’entre-deux-guerres - le 2 juillet 1934 - pour voir naître une véritable Armée de l’Air indépendante.

Les débuts sont difficiles. Tout est à créer et à imaginer faute d’une véritable doctrine mais aussi d’une culture et d’une tradition spécifiques. La nouvelle Armée de l’Air est la plus jeune et la plus récente des forces armées, et c’est en avançant à tâtons qu’elle est rattrapée par la Deuxième Guerre mondiale. La débâcle de 1940 est une catastrophe pour l’Armée française. À l’image du pays, elle est non...

11/16 Lire la suite
Le partenariat COMCYBER/Trinômes

 

La cyberguerre : un état de guerre permanent

Défini comme un nouveau champ de conflictualité, le cyberespace est le lieu (1) d’une agression permanente à l’encontre des individus, des entreprises, des organisations et des États. Ces derniers, à la fois acteurs et cibles, sont de nos jours engagés dans une cyberguerre dont les caractéristiques sont : l’hybridation des acteurs, l’absence de frontières, un engagement sur l’ensemble du territoire à travers tous les réseaux informatiques existants, la quasi impossibilité de tracer la provenance des cyberattaques et la permanence de cette hostilité qui rompt avec le cycle paix/guerre/paix. Au même titre que la Défense d’une manière générale, la cyberdéfense est une posture permanente. Cependant, sa spécificité est qu’elle s’inscrit dans un état de guerre permanent qui ne dit pas son nom.

Le défi de l’informatique quantique

La prise de conscience au sein des armées n’est pas...

12/16 Lire la suite
La réserve opérationnelle de la Police nationale

 

La réserve opérationnelle est un vivier de civils formés et aptes à être engagés dans des missions de terrain durant un certain nombre de jours dans l’année. Elle permet de fournir un renfort ponctuel ; de libérer des professionnels afin que ces derniers puissent être mieux utilisés dans leur coeur de métier ; voire d’apporter dans certains cas des compétences extérieures à ce coeur de métier. Plusieurs institutions en ont adopté le principe à commencer par les armées mais aussi, plus récemment, les acteurs de la sécurité civile puisqu’il existe de nos jours une réserve sanitaire et qu’il n’est pas rare non plus de rencontrer des sapeurs-pompiers réservistes.

En matière de sûreté intérieure, seule la Gendarmerie nationale jusqu’à présent – aidée en cela par sa culture militaire – organisait une réserve opérationnelle de 53 000 membres. La Police nationale était donc la dernière grande institution à ne pas disposer de...

13/16 Lire la suite
Rêver l’aérien avec Athos Junior

N’en déplaise à Léonore MONCONDHUY, maire de Poitiers, qui, le 29 mars 2021 en conseil municipal, affirmait que « l’aérien, c’est triste, mais ne doit plus faire partie des rêves d’enfants aujourd’hui », voler fera toujours partie des rêves des petits et des grands comme en témoigne le succès des meetings aériens et de toutes les manifestations que l’Armée de l’Air et de l’Espace (AAE) peut organiser. À commencer par celles de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard où le public enfantin est toujours bien représenté dans les gradins et sur le tarmac.

C’est notamment à destination de ce public qu’Air Actualités – la revue mensuelle de l’AAE – a lancé un hors-série depuis 2018 à l’occasion des cinquante ans du BIA : Athos Junior. Reprenant l’indicatif radio de la Patrouille de France ce magazine hors-série, dont la quatrième édition est parue en kiosque en août dernier, se présente comme une véritable revue pédagogique...

14/16 Lire la suite
Je serai soldat

 

Apprentissage essentiel aux origines de toute démarche intellectuelle, la lecture n’est pas forcément un acquis dans notre société développée surtout lorsque l’on constate le nombre important de jeunes qui - arrivant au lycée - peinent encore à lire un paragraphe ou une page de manuel, butant sur la compréhension de mots pourtant courants. L’intrusion massive d’écrans au quotidien n’est point tant une cause que l’accélérateur d’un mal dont les racines profondes tiennent davantage à l’orientation idéologique des programmes scolaires depuis des décennies, ainsi qu’aux ravages du pédagogisme et d’une méthode d’apprentissage (de la lecture) globale.

Je serai soldat est une méthode de lecture publiée par les éditions Le Centurion. Elle met en avant la méthode d’apprentissage traditionnelle dite syllabique, qui consiste d’abord à déchiffrer les parties du mot avant d’accéder à sa...

15/16 Lire la suite
Le MOOC du SGDSN « Faire face ensemble »

Attaque du Bataclan, novembre 2015 (source - Reuters)

 

Depuis des années le plan VIGIPIRATE accompagne notre quotidien. Si nous en avons intégré la nécessité et le principe, nous n’avons paradoxalement pas réussi à associer de manière active les citoyens au sein d’un dispositif lourd et insuffisant pour protéger tout le monde. Cette association ne peut passer que par une formation d’Éducation à la Défense à laquelle le Secrétariat Général à la Défense et à la Sécurité Nationale (SGDSN) vient d’apporter une réponse concrète.

Une menace toujours présente

La destruction récente du califat instauré par l’État islamique (EI) ne signifie en rien une défaite définitive de ce dernier. De l’avis de tous les responsables des questions de défense, que ce soit ici ou outre-Atlantique, la guerre se poursuit mais avec un changement de nature (1). L’EI s’y est préparé qui, actuellement, a basculé dans la clandestinité recherchant,...

16/16 Lire la suite
La Journée Défense Citoyenneté

 

Avec le recensement, la Journée Défense Citoyenneté (JDC) constitue l’une des étapes importantes du parcours citoyen. Anciennement appelée Journée d’Appel et de Préparation à la Défense (JAPD), la JDC est une obligation civique pour les garçons comme pour les filles entre leur 17 et leur 18 ans. Elle se réalise par convocation - le plus souvent durant leur année de Terminale - , et après le recensement normalement effectué en mairie l’année de leur 16 ans.

La JDC s’articule autour de trois questions, qui structurent l’organisation de la journée entre les jeunes et les acteurs de la Défense.

  • Pourquoi une Défense ?
  • Comment le pays est-il défendu ?
  • Quelles sont les voies de l’engagement civique ?

Les thèmes de la sécurité routière et du Service national ont été, par la suite, intégrés aux ateliers de la JDC. Temps de sensibilisation, de formation et d’orientation, la JDC est aussi un moment privilégié pour évaluer...

Qu’est-ce que la guerre cognitive ?

La guerre cognitive vise à neutraliser ou à détruire l’ennemi de l’intérieur. Comment  ? En faisant du cerveau un champ de conflictualité où l’objectif est désormais d’investir l’intelligence et la manière de penser de l’ennemi : agir sur cette dernière afin de l’altérer, de l’affaiblir voire la neutraliser ou la détruire.

Luttes d’influence et propagande ne sont pas des nouveautés en soi et sont, au fond, presque aussi vieille que la guerre elle-même. Il faut cependant attendre le XIXe siècle avec les bouleversements liés à la Révolution industrielle, le développement de la presse, l’émergence des opinions publiques et des grandes idéologies (notamment le Socialisme), pour assister à une véritable réflexion et organisation scientifique de ces activités d’influence et de manipulation. Il n’y a donc aucun hasard à voir s’épanouir au siècle suivant l’idée totalitaire : le concept de totalitarisme portant en son essence cette volonté de contrôle des esprits au-delà de l’obéissance des corps.

Présente sous bien des aspects durant la Guerre froide, particulièrement prégnante avec l’actuelle guerre en Ukraine, la guerre cognitive n’est donc pas une révolution en son principe. Ce qui l’est en revanche c’est l’extension sans commune mesure de capacités d’influence utilisant les NTIC à l’ère du big data. Le phénomène est d’autant plus inédit qu’il est accompagné par des progrès scientifiques issus de domaines de rupture que sont notamment les NBIC.

Du fait de ces caractéristiques scientifiques et technologiques – irréversibles -, la guerre cognitive telle qu’elle s’annonce en ce XXIe siècle, et telle qu’elle s’introduit sur les champs de bataille contemporains, reste donc un objet encore conceptuel à défaut d’être fondamentalement nouveau. Elle commence à attirer l’attention des armées, des acteurs de la Défense et des chercheurs. Le monde politique commence à en prendre conscience de manière plus ou moins diffuse ne serait-ce qu’à travers l’idée de résilience des institutions, des organisations et de la société.

Pour mieux comprendre ce qu’est la guerre cognitive, sans prétendre pour autant à l’exhaustivité, ce site met à disposition un ensemble de sources et d’études dans un domaine qui se cherche encore.

 

 


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Garde nationale


CAJ


ASAF


Syndicat de la Famille


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités


Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2024 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60